Aller au contenu principal

Aplomb

La Marche de l'Empereur par Rachid Mamouni


Plus d’Un millier de personnes sauvées au large des côtes marocaines et une cinquantaine d’embarcations de fortune interceptées en moins d’une semaine.
Les patrouilleurs de la Marine Royale en Méditerranée et en Atlantique se trouvent depuis plusieurs semaines sous les feux de la rampe. Ils mènent une des missions les plus complexes et les plus sensibles depuis leur création.
Alors que leur formation de base consiste à engager des opérations militaires contre tout ennemi aux velléités avérées qui s’approcherait des côtes marocaines, ces patrouilleurs et leurs hommes, qui veillent au grain, se trouvent à présent confrontés à une mission de lutte contre la migration illégale.
Dans l’immédiat, deux appréhensions s’imposent. D’abord, l’incident qui s’est produit au large de Tétouan et qui a coûté la vie à une jeune fille candidate, aux côtés de plusieurs autres jeunes, à la migration illégale, a révélé la complexité de ces opérations, menées, souvent nuitamment, par la Marine Royale.
Ensuite, l’aplomb avec lequel les passeurs sans scrupules conduisent leur business au mépris de la vie humaine : La vie des candidats à la migration qui déboursent tous des espèces sonnantes et trébuchantes avant de mettre les pieds dans l’embarcation et la vie des marins qui se mettent souvent en danger pour sauver les victimes de ce trafic sordide.
Les passeurs poussent parfois cette effronterie jusqu’à chercher à provoquer des collisions avec les patrouilleurs de la Marine Royale pour stopper les opérations de sauvetage.
Le pic des départs clandestins de candidats à la migration illégale a été atteint le week-end du 6-7 octobre avec 31 embarcations
pneumatiques interceptées en Méditerranée et le sauvetage de 615 personnes. Du jamais vu depuis plusieurs années.
Mais c’est dans la nuit du 9 au 10 octobre courant que les passeurs sont montés d’un cran dans leurs manœuvres néfastes à l’égard des garde-côtes de la Marine Royale au large de Larache. Ni la course poursuite engagée par le patrouilleur, ni les tirs de semonce n’ont pu dissuader les passeurs. Pire encore, l’embarcation au comportement suspect avec 58 personnes à bord, un comble, a exécuté des manœuvres hostiles de collision, faisant peu de cas de dizaines de vies humaines.
La grande retenue, le professionnalisme et la vigilance des garde-côtes marocains sont à saluer, puisque toutes les personnes ont été ramenées à bon port saines et sauves, alors que la majorité des embarcations pneumatiques utilisées par les passeurs ont coulé. Le pire a été évité de justesse.