ASMR: des murmures... et des millions de vues !

Par Zineb Bouazzaoui
L'ASMR, au service des insomniaques ©MAP/EPA
L'ASMR, au service des insomniaques ©MAP/EPA
Stimuler des sensations d’euphorie et de relaxation par des bruits aussi bizarres qu’ordinaires comme le chuchotement, la mastication ou le tapotement est une tendance en vogue qui a ses “gurus” et ses adeptes sur les réseaux sociaux.

“Shh, ticap, stipple, pat...” Vous trouvez ces mots étranges ? C'est normal. Pourtant, il s’agit bel et bien du fonds de commerce des chaînes ASMR (Autonomous Sensory Meridian Response) qui cartonnent sur Youtube. Cette méthode insolite qui cherche à stimuler un bien-être total via différents types de sons a plus que jamais le vent en poupe.

 

Des personnes chuchotent, caressent le micro, massent de la pâte à modeler ou mâchouillent des sushis la bouche collée à leur micro et, de l’autre côté de l’écran, d’autres (des centaines de milliers d’abonnés) les écoutent et, en commentaires en-dessous des vidéos, parlent de frisson cérébral, de frémissements dans le crâne, de relaxation et de sommeil profond. Une chose est sûre: seuls ceux qui y sont sensibles peuvent vraiment la comprendre.

 

L’ASMR: genèse et intérêt tardif de la science

 

Les bruits sont tout à fait ordinaires et le terme ASMR vient également d'une origine étonnamment ordinaire: un groupe Facebook. Une Américaine nommée Jennifer Allen a inventé le terme en 2010 lorsqu'elle a créé un groupe Facebook pour trouver d'autres personnes comme elle qui ressentaient ces sensations. Une communauté ad hoc s’est créée et s’est agrandie au fil du temps.

Jusqu'à récemment, il y avait un manque d'informations empiriques pour justifier la recommandation de l'ASMR comme technique pour aider les patients souffrant d'insomnie. Mais de nouvelles études l'amènent dans le domaine de la science et peut-être de la pratique.

Les chercheurs Emma Barratt et Nick Davis ont été les premiers à étudier scientifiquement l'ASMR. Dans un ouvrage paru en 2015, ils le définissent comme “un… phénomène sensoriel, dans lequel des individus ressentent une sensation de picotement de type statique sur le cuir chevelu, l'arrière du cou et parfois d'autres zones en réponse à des stimuli audio et visuels spécifiques. On rapporte que cette sensation s'accompagne de sentiments de relaxation et de bien-être”.

 

Au service des insomniaques

 

Coralie, une ASMRiste française approchée par BAB explique que l’ASMR, traduit en français comme “Réponse Sensorielle Autonome Culminante”, relaxe et donne diverses sensations apaisantes et positives telles que des picotements dans la tête et des frissons grâce à un stimulus visuel et/ou auditif.

“Créer des vidéos ASMR me permet de me canaliser, je dois être calme et douce pour relaxer et rassurer les personnes qui regardent mes vidéos, les aider à dormir plus rapidement où à mieux dormir et les faire se sentir bien au quotidien”, confie à BAB cette jeune youtubeuse qui a découvert la pratique par hasard sur le Net.

“L'ASMR diffère de toutes les autres pratiques de relaxation. En effet, c'est plutôt atypique de relaxer en faisant des bruits d'objets, des chuchotements ou par exemple en réalisant des vidéos “roleplay” (se mettre dans la peau d'un docteur, infirmier ou esthéticienne) mais cela marche avec ma communauté”, poursuit-elle.

 

La nourriture comme déclencheur

 

Pour sa part, Fatima Zahra, alias ASMRarabi sur les réseaux sociaux, première créatrice de contenu ASMR version nourriture au Maroc, affirme à BAB qu’avant même de connaître cette technique, elle est tombée à maintes reprises sur des vidéos de personnes qui se filment en train de manger en gros plan en faisant des sons et elle est restée des heures scotchée devant ce genre de vidéos. Sans forcément savoir pourquoi ni comment, cela lui procurait une sensation de satisfaction et de relaxation spéciale, et c’est ce qui l’a poussée à creuser plus pour comprendre le phénomène.

Avec plus de 280 milliers d’abonnés sur Instagram, Fatima Zahra partage des vidéos où elle déguste différents plats en faisant du bruit et qu’elle présente à chaque fois en chuchotant. Interrogée sur l’effet de ces vidéos sur le spectateur, elle a parlé de “triggers” ou de “déclencheurs”. Et à chacun le sien. 

Certains préféreront les bruits de succion lente de bonbons, d'autres les tapotements de doigts sur un micro ultra-sensible ou des frottements de plumeaux, indique-t-elle, soulignant que ses vidéos ne peuvent avoir de l’effet que sur les personnes sensibles à ce type de stimulus.

“Personnellement, je suis une grande fan de la nourriture, j’adore manger et essayer de nouveaux restaurants et c’est ce type d’ASMR qui m’aide à me relaxer. Quand je me suis lancée sur les réseaux sociaux, les gens ont trouvé cela étrange, surtout l’ASMR version food car je suis la première au Maroc à en faire l’expérience. La plupart ne connaissent même pas le concept donc ils le trouvent bizarre avant de l’essayer, mais plus le temps passe, plus je reçois des feed-back positifs, et c’est plaisant de savoir que je suis la source de relaxation d’une personne que je ne connais pas. D’ailleurs, beaucoup de mes abonnés ont réussi à régler leur problème d’appétit et d’insomnie grâce à mes vidéos, cela m’encourage à donner plus et partager davantage”, indique-t-elle avec fierté.

Des adeptes au Maroc aussi

 

“Quand j’étais enfant, ma cousine avait tendance à me chuchoter ses secrets le soir avant de dormir et ça m’hypnotisait, je dormais après trois ou quatre phrases, donc je savais que les chuchotements me faisaient un bien fou”, raconte Hanae, une étudiante en gestion accro aux vidéos ASMR.

“Quand j’ai commencé mon cycle supérieur, j’étais souvent anxieuse la veille des examens et je cherchais désespérément des vidéos de méditation pour pouvoir dormir mais cela n’a jamais marché pour moi. Jusqu’au jour où je suis tombée sur une vidéo ASMR il y a trois ans. Sans exagérer, ce fut une révélation qui m’a littéralement changé la vie. C’était une vidéo ASMR “jeu de rôle” une youtubeuse qui chuchote avec une voix douce et qui fait semblant d’être médecin et de soigner le spectateur”, ajoute-t-elle.

“À mes yeux, c’est une technique révolutionnaire car quand j’ai regardé ou plutôt écouté cette vidéo, le résultat fut instantané, j’ai immédiatement retrouvé le sommeil. C’est un instant de détente que je peux m’accorder quand je suis stressée et quand je veux tout évacuer. C’est devenu mon petit rituel à moi, je peux me l’accorder n’importe où, n’importe quand et c’est gratuit !”, s’extasie la jeune étudiante.