Aller au contenu principal

Au Canada, le retour en grâce de la poutine

Par Khadija Benhaddouch
La Poutine ©EPA
La Poutine ©EPA
Née par inadvertance, la poutine est un plat québécois économique, rapide et facile à préparer. Confectionnée avec du fromage en grains frais et pommes de terre frites et assaisonnée de sauce piquante ou douce, cette spécialité doit sa popularité à son originalité. 

La poutine est un plat typique très apprécié par les Canadiens qui ont en fait un de leurs plats nationaux.

Les premières recettes de la poutine datent des années 1950 dans les zones rurales du centre du Québec, quand les frites ont été associées au fromage en grains et à la sauce brune.

Toutefois, ce n'est que durant la dernière décennie que ce plat a acquis ses lettres de noblesse et est devenu la star de la cuisine canadienne.

 

Rapide, facile et pas cher

“La poutine n'est pas un plat classique, c'est un repas rapide, pas cher et facile à préparer”, explique à BAB Angèle Rizzardo, dite sœur Angèle, un des grands noms de la cuisine au Québec.

Le secret de l’art culinaire est de savoir marier les choses. Et la recette poutine “est née par accident”, confie sœur Angèle, faisant savoir que le secret de la recette est dans le fromage en grains frais qu’on mélange avec des pommes de terre frites et puis on ajoute une bonne sauce qui peut être légèrement piquante ou plutôt douce mais surtout bouillante.

L'origine du mot “poutine” tout comme son inventeur demeurent inconnus. Comme c’est souvent le cas avec les plats célèbres, plusieurs villes du centre du Québec revendiquent la paternité de la poutine. C’est le cas de Warwick, Drummondville, Saint-Hyacinthe et Princeville.

Mais tout concorde à attribuer un rôle important aux clients dans la création de ce plat appelé “Mixte” à ses débuts. Par exemple à Warwick, on raconte qu’un client du restaurant “Lutin qui rit” aurait voulu ajouter du fromage à ses frites. Inspiré de ce mélange, le propriétaire aurait eu l’idée d’arroser le mélange par la sauce brune.

Alors que pour les habitants de Drummondville, c’est l’ancien propriétaire du restaurant Le Roy Jucep, Jean-Paul Roy, qui aurait inventé et baptisé la poutine après avoir remarqué qu’un de ses clients mélangeait le fromage en grains et la patate-sauce.

Le mystère concernant sa création et sa nomination demeure, mais le plat de frites, de fromage en grains et de sauce brune, dénigré et méprisé à ses débuts, a repris ses couleurs durant la dernière décennie pour faire la fierté des Québécois dans un premier temps avant que sa popularité ne gagne le reste du pays.

 

Un plat et plusieurs variantes

Outre les restaurants rapides, la poutine s'est frayée un chemin au menu des restaurants huppés au Canada et ailleurs. Le plat s'est aussi diversifié. Aujourd'hui on présente plusieurs types de poutine: l'italienne, la western, le steak haché, la galvaude, au poulet, au foie gras, entre autres.

La poutine est aussi célébrée lors de festivals annuels de poutine au Québec, au Canada et même aux Etats-Unis. Elle a été honorée par des chansons notamment des groupes Mes Aïeux et Les Trois Accords.

En 2007, Charles-Alexandre Théorêt a écrit un livre intitulé “Maudite Poutine: L'histoire approximative d'un plat populaire”.

 

“De roulottes à patates en cantines, la poutine en a fait du chemin depuis son apparition dans le Québec rural des années 1950. Qualifiée d'inexportable et suscitant souvent le dédain chez les plus raffinés, la poutine aurait pu rester une simple curiosité culinaire québécoise”, écrit l’auteur.