Bouchra Karboubi, une guerrière dans l’arène des hommes

Par Imane Brougi
 Bouchra Karboubi ©MAP
Bouchra Karboubi ©MAP
Lors du dernier match opposant le MAT à l’OCK, une femme a volé la vedette aux joueurs: l’arbitre de la rencontre. Tout le monde n’avait d’yeux que pour cette jeune femme, aussi athlétique que charismatique, qui a fait tomber avec son sifflet des barrières infranchissables.

Un pied dans le commissariat, un autre dans la pelouse. Bouchra Karboubi est la première femme marocaine au sifflet pour une rencontre masculine de la première division du championnat national de football.

C'est une réalisation d’envergure pour le football au Maroc: jamais une femme n'avait été désignée comme arbitre central d'un match de Botola Pro D1. Bouchra Karboubi a fait tomber les barrières, marquant ainsi l’entrée dans une nouvelle ère pour le sport féminin.

Le 10 octobre restera sans nul doute une date clé dans l’histoire du football marocain. En officiant la rencontre opposant le Moghreb de Tétouan (MAT) à l’Olympique Club de Khouribga (OCK), comptant pour la dernière journée, la jeune policière de 33 ans a franchi un pas important dans le monde du ballon rond et a gagné le combat de la parité dans une discipline monopolisée par les hommes.

Avec son charisme, sa personnalité, son sérieux et son sens du professionnalisme, Bouchra Karboubi, mère d’une fillette, a donné l’exemple par sa performance qui n’est pas passée inaperçue et a été largement commentée et saluée à l’unanimité de par le pays.

Si les femmes restent minoritaires à officier dans la plupart des sports collectifs, notamment dans les matchs masculins, Bouchra Karboubi relève avec force et mérite le défi de la féminisation du corps arbitral.

L’arbitrage, une histoire de passion

Le sport est rentré dans la vie de Bouchra dès son plus jeune âge. Encore adolescente, elle avait commencé en tant que joueuse de football au Club sportif El Yasmine Tazi avant de découvrir sa passion pour l'arbitrage, avec l’ouverture de la première école d’arbitrage à Taza en 2001.

“Plusieurs joueuses de foot ont été sollicitées pour poursuivre une formation dans l’arbitrage pour connaître et bien maîtriser les règles de jeu. C’est lors de cette session de formation que j’ai découvert mon penchant pour ce domaine et décidé de m’orienter vers l’arbitrage”, raconte Bouchra avec nostalgie.

“C’était pour moi un domaine fascinant qui offre de meilleures perspectives professionnelles, surtout en l’absence à l’époque d’un championnat féminin de football, mes rêves étaient plus grands et sans limite”, souligne-t-elle. 

Souhaitant avancer et partir loin dans cette discipline, Bouchra va rejoindre en 2005 la ligue de Meknès, avant d’être désignée en 2007 comme arbitre nationale et en 2016 arbitre internationale.

Etudes et sport, le duo gagnant !

On dit souvent que les études ne vont pas de pair avec le sport. Bouchra Karboubi a mis fin à ce cliché, en alliant réussite académique et sportive.

Parallèlement à son parcours sportif brillant, Bouchra accordait une importance primordiale à l’apprentissage et n’a pas lâché en aucun moment ses études.

“Quand on est passionné, on est motivé. L’entraînement était un pur moment de plaisir et de défoulement pour moi, mais la scolarité était une priorité absolue”, note la jeune sportive, relevant la nécessité de savoir garder un certain équilibre entre vie sportive et académique. Pour elle “un vrai sportif est appelé à se former académiquement pour construire et forger sa personnalité”. 

Après avoir obtenu sa licence en économie et gestion, elle a intégré la Direction générale de la sûreté nationale et ambitionne toujours de poursuivre son master et pourquoi pas un doctorat.

Elle conseille, ainsi, tous les jeunes souhaitant faire carrière dans le sport de s’attacher à leurs études, car c’est bien avec la science et la pensée critique qu’on peut évoluer dans tout domaine, y compris le sport.

“L’esprit et le corps doivent être en harmonie, comme le sport renforce le corps, les études nourrissent et éclairent l’esprit”, dit cette athlète avisée.

Arbitre et policière, l’équation difficile mais possible

Combiner carrière sportive et professionnelle est un défi de taille pas facile à relever. C’était le choix de Bouchra Karboubi qu’elle assume et dont elle est fière.

“Concilier sport et boulot est avant tout une question d’organisation et de volonté. Il faut se tenir à une certaine rigueur et équilibrer le temps de travail et le temps imparti à l’entraînement”, relève la jeune policière. 

Evoquant son programme type, elle indique qu’elle consacre les soirs après le boulot aux entraînements et les week-ends, elle se prépare pour diriger les matchs. 

Et d’ajouter que le policier d’aujourd’hui est quelqu’un d'ouvert sur son environnement et qui a su s’imposer dans plusieurs domaines, même dans le sport. “L’idée stéréotypée sur le policier est dépassée et n’a plus sa place de nos jours”, renchérit-elle. 

A cette occasion, elle n’a pas manqué de saluer chaleureusement le soutien considérable et inestimable qu’elle a reçu de la part de son administration pour poursuivre, avancer et briller dans son parcours sportif.

Un parcours prometteur: vers l’internationalisation

Après avoir officié dans des matchs de Botola D2, Bouchra Karboubi devient ainsi la première femme désignée arbitre principale dans un match du championnat masculin D1. Un “rêve enfin réalisé”, affirme-t-elle les yeux pétillants, avouant avoir beaucoup travaillé pour atteindre ce niveau.

“J’ai été surprise par tant de réactions positives suscitées par ma nomination pour officier dans un match de la Botola Pro, j’ai pu gagner la confiance de la Fédération Royale Marocaine de Football, de la commission centrale, de la direction nationale d’arbitrage, ainsi que de tous les Marocains”, confie-t-elle. 

“Sur le terrain, j’ai été bien respectée par les équipes et l’ensemble du staff, l’arbitrage féminin a aussi son mot à dire”, relève Bouchra avec fierté, relevant que sa joie a été doublement plus grande d’être assistée lors de ce match par sa collègue, Fatiha Jermouni, elle aussi arbitre internationale proposée pour la coupe du Monde.

“Ce n’est que le début, mon souhait est de bien représenter mon pays à l’échelle africaine et internationale”, dit-elle avec ambition. 

Bouchra Karboubi s’est aussi imposée à l’international, en officiant plusieurs compétitions de haut niveau, dont notamment la Coupe d’Afrique, le tournoi féminin des JO.

En 2018, elle a été sélectionnée par la Confédération Africaine de Football (CAF) parmi les arbitres de catégorie “Elite A” et, la même année, elle a officié dans des matchs en phases finales féminines de la Coupe d’Afrique des Nations.

Aujourd’hui, elle figure parmi les arbitres candidates à arbitrer les matchs des phases finales féminines de la Coupe du Monde 2023.

L’arbitrage au féminin, un décollage en douceur

Ces dernières années, nous assistons à un appui sans précédent de la participation féminine dans plusieurs disciplines sportives même celles marquées par une certaine discrimination sexiste, les portes commencent à s’ouvrir, certes doucement, mais sûrement.

“Les temps ont changé, les mentalités aussi heureusement. La femme a dû se battre davantage que l’homme pour pratiquer le sport et s’imposer dans ce domaine”, souligne cette arbitre internationale. 

Au début de sa carrière, Bouchra raconte comme il était vraiment difficile d’accepter de voir une femme joueuse de foot ou bien arbitre. “On était la cible de préjugés et victimes d’idées archaïques et dépassées, mais aujourd’hui, c’est devenu une source de fierté”. 

“Des efforts colossaux ont été déployés pour que la femme occupe la place qui l’honore sur la scène sportive. La société marocaine est conscience plus que jamais du rôle de la femme et valorise la présence féminine dans tous les domaines”, estime-t-elle. 

“Nous bénéficions des mêmes formations et stages que nos homologues hommes, nous sommes traités sur un pied d’égalité. L’arbitrage féminin marocain concurrence à grande échelle”, fait-elle valoir. 

A cette occasion, elle a tenu à saluer les initiatives louables menées par les différentes instances du football national, notamment la Fédération Royale Marocaine de Football, pour promouvoir l’arbitrage au féminin et encourager les femmes à percer dans ce milieu.

Pour se faire une place dans ce milieu macho, Bouchra Karboubi a beaucoup travaillé ses qualités physiques et sa puissance athlétique. Ses débuts n’étaient pas aisés, mais avec sa volonté de fer et sa détermination inégalée, elle a réussi à se frayer un chemin vers le succès et concurrencer les hommes dans un domaine qui a toujours été leur chasse gardée.