Aller au contenu principal

“Ce Maroc que l’on aime” d’Ahlam Jebbar: Le Maroc vu par ceux qui croient en lui

Par Bouchra Fadel
Couverture du beau libre “Ce Maroc que l’on aime” d’Ahlam Jebbar ©MAP/EPA
Couverture du beau libre “Ce Maroc que l’on aime” d’Ahlam Jebbar ©MAP/EPA
Une pléiade de modèles marocains de réussite, des personnalités de tout horizon, du monde de l’économie, des médias, de la politique en passant par les arts et la société civile, ont contribué à “Ce Maroc que l’on aime”. Objectif: Montrer la voie de l’amour de la patrie.

La récente publication, “Ce Maroc que l’on aime”, dirigée par la journaliste Ahlam Jebbar, est un grand livre d’amour qui exhale l’odeur du pays et en répand les couleurs. Il donne la parole à plusieurs personnalités de divers horizons et de tout âge, à savoir, des politiques, des économistes, des journalistes, des artistes, ou encore des écrivains. Ces modèles marocains de réussite racontent, dans “un texte intime”, leur attachement à la mère-patrie et chantent sa puissance et sa gloire.
Dans cet ouvrage, la patrie occupe la place de cette mère que l’on aime après Dieu. Aussi, en considérant que l’on n’a qu’une seule mère comme l’on n’a qu’une seule patrie, nous sommes tous tenus de l’aimer, la chérir, l’honorer, la défendre et la servir.
“Le Maroc est notre patrie, notre maison commune, il est de notre devoir à tous de le protéger et de concourir à son essor et à son développement”, avait souligné Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans un discours à l’occasion de la Fête du Trône.
Aussi, c’est en vrais patriotes que toutes ces figures contribuant à cet ouvrage ont servi avec amour, fidélité et abnégation cette patrie qu’ils ont marqué de leurs empreintes et pour laquelle ils ont tracé un chemin. En témoigne un propos tel que celui de Khalil Hachimi Idrissi, directeur de l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP) pour qui la référence “ à la mère” est à même de rapprocher à cet attachement filial, génétique à la patrie, d’où “le beau raccourci à la mère-patrie !’’ De quelle justesse il y va, pour nous le faire remarquer! Citons aussi les propos de Salahedine Mezouar, président de la Confédération général des entreprises du Maroc, qui tout en excluant tout “monopole du patriotisme”, souligne également que “le pays a le visage, la voix, l’âge de tous les (...) Marocains qui croient en lui et qui, au quotidien, se battent pour lui”.  

La journaliste et essayiste, Ahlam Jebbar ©DR
La journaliste et essayiste, Ahlam Jebbar ©DR


Toute autant prosaïque et non moins intéressante est l’approche de Tarik Sijelmassi, président du directoire du Crédit Agricole du Maroc qui souligne et met en avant la pudeur ressentie, après la chair de poule qui l’envahit, lors de l’écoute de l’hymne national en essayant de convoquer toutes “les émotions associées à cet amour du pays. Alors me reviennent pêle-mêle des odeurs et des goûts, qui comme une madeleine de Proust, me ramène à l’enfance, aux fêtes familiales et aux traditions culinaires; des sons qui continuent à nous bercer, comme les Adhans (...)déambuler dans les Souks (...) les moussems de campagne.’’
Pour sa part, le témoignage de Younes Boumehdi, directeur de Hit Radio, met en relief la profondeur historique ainsi que les composantes humaine ou ethnique riches de la patrie et dont la jeunesse “représente ce vent d’optimisme indispensable à notre avenir...Il faut juste la laisser s’épanouir.”
Aicha Chennah, militante pour les droits de la femme, le rejoint en soulignant l’ouverture du Maroc et sa tolérance religieuse sans exclusive ni animosité et en lançant un appel aux jeunes: “Aimez votre pays, œuvrez pour lui. Soyez généreux avec lui comme il l’a été avec vous car c’est grâce à vous que votre pays va changer’’.

Immortaliser la beauté d’un pays
Rien ne vaut une photo ou une image pour faire passer un message, “Ce Maroc que l’on aime” est aussi un livre d’images parlantes mettant en avant la richesse du Royaume marocain; un paysage diversifié, entre mer et désert, montagnes et plaines.

Ces images donnent naissance à une intense envie de voyager et suscitent une fierté pour le sol natal. Un Maroc aux milles couleurs et saveurs comme disait dans son témoignage, on ne peut plus poétique, Fatema Hall, une figure de proue de la cuisine marocaine traditionnelle,
“Le Maroc, c’est d’abord des goûts et des parfums… il y’ a des fleurs partout pour ceux qui savent regarder”, témoigne cette cheffe étoilée.
Nacer Ben Abdejalil, le premier marocain alpiniste à avoir gravi l’Everest, met en avant dans son témoignage  sur l’ amour de son pays chéri,  l’hospitalité légendaire d’un pays généreux par nature.

Un voyage, un conte qui se raconte
“Ce Maroc que l’on aime”, est une invitation à sonder son amour pour la mère-patrie à la lumière des visions et des ressentis des uns et des autres, avec des mots simples, et des sensations et approches intimistes qui nous livrent, sans faux semblant, leur amour du pays.
Cet ouvrage nous invite également, à nous y risquer à notre niveau, et à notre mesure…
“Chacune des personnalités participant à ce recueil raconte ce qui la touche, ce qui la fait vibrer, ce qui la rend fière dans ce Maroc aux multiples facettes. Chacun, avec sa sensibilité, sa perception et son vécu raconte ce Maroc qu’il chérit, ce Maroc qu’il a vu se métamorphoser, ce Maroc dans lequel il évolue”, affirme la journaliste Ahlam Jebbar qui a chapeauté cette ouvrage.
“Comme un conte qui se raconte”, écrit-elle, ce recueil, riche en images et en témoignages, propose une manière originale et inédite de voyager à travers le pays, ses paysages, son histoire, ses coutumes et ses richesses.
C’est ainsi que “Ce Maroc que l’on aime” se veut un grand recueil de témoignages de Marocains d’origine ou de cœur qui “croient en ce pays et en son devenir”, note la journaliste.
Ahlam Jebbar a fait l’essentiel de sa carrière dans la presse, notamment à “La Vie Eco”, “L’Express France” et “2M” et a exercé en tant que conseillère en communication de grandes personnalités.

 

Étiquettes