Aller au contenu principal

Cri d’alarme pour protéger un patrimoine

Par Bouchra Fadel
“Arts et Architecture amazighes du MAroc” ©MAP
“Arts et Architecture amazighes du MAroc” ©MAP
“Arts et architecture amazighes du Maroc” met la lumière sur un riche patrimoine national à préserver. Dans cet ouvrage collectif, d’éminents chercheurs rendent dévoilent de vrais trésors, pour mieux sensibiliser quant aux dangers qui guettent cet héritage.

Il n’y a pas à dire ni surtout à tergiverser: un héritage immatériel et matériel du Maroc, notre cher pays, s’en trouve être sérieusement menacé.
Et de ce fait, il mérite à ce qu’on s’y intéresse de manière autant urgente qu’indispensable pour le sauver, le tirer de l’oubli et préserver l’âme créatrice dont il serait encore dépositaire face aux nouveaux paradigmes d’influences et d’agressions causés par des modèles économiques hégémoniques, uniformes ou de consommation tous azimuts aggravés par la mondialisation et la globalisation de l’économie. C’est une véritable sonnette d’alarme déclenchée, à travers la publication du sérieux ouvrage collectif “Arts et architecture amazighs du Maroc” réalisé par l’Institut Royal de Culture Amazighe (IRCAM).
Cet ouvrage savamment élaboré, donne un aperçu de pans entiers de l’Art amazigh dans ses déclinaisons artisanales et ses développements architecturaux. Et ce, à travers des approches succinctes, mais au caractère didactique avéré des intervenants: des universitaires, historiens, archéologues, anthropologues...
Il est donc question de notre propre Histoire dans cet ouvrage qui constitue à notre sens, une synthèse somme toute édifiante et une invite à la réflexion: C’est que la palette de cet “Art amazigh” profondément enracinée dans notre pays est suffisamment riche et diversifiée pour ne pas la négliger ni la laisser périr!
Et l’éventail des études qui structurent ce bienvenu ouvrage est assez large et enrichissant pour notre propre connaissance et prise de conscience. Ainsi, Mustapha Nami, archéologue, dresse un “aperçu panoramique” sur un patrimoine marocain doté de plus de 300 sites recensés à ce jour. Pour autant, l’auteur souligne la vulnérabilité de ces gravures rupestres qui constituent “une richesse artistique, culturelle, archéologique et scientifique irremplaçable” et qui affrontent, dans le silence et l’indifférence multiples agressions: trafics illicites, pillages, destructions inconscientes, détériorations de diverses natures.

La couverture de l’ouvrage collectif “Arts et architecture amazighes du Maroc”
La couverture de l’ouvrage collectif “Arts et architecture amazighes du Maroc”

De vrais trésors en illustration
D’autres trésors de la culture amazighs sont mis en avant dans ce beau livre. Il s’agit des “bijoux”. Un précieux mais concis panorama de ce volet de l’activité sociale et de cet art amazigh compose cet ouvrage. Ainsi le lecteur a droit à un voyage initiatique à travers l’histoire et les influences qui se rapportent au travail des métaux, de l’argent en particulier, matière principale du bijou amazigh travaillé et ouvré par une communauté d’artisans juifs et musulmans.
Catherine Cambazard-Amahan, archéologue qui fut notamment commissaire de la fameuse exposition des Oudayas sur les bijoux en 2002-2003 et qui a initié, pour la situer, le “déclenchement du processus qui a transformé le musée des Oudayas en un Musée National des Bijoux” partage son expérience de conservateur des musées.
Elle nous brosse une vue d’ensemble de certaines techniques de façonnage (moulage, martelage, estampage, granulation…) et des liens entre la bijouterie rurale et l’orfèvrerie citadine, tout en faisant certains rappels liés au rôle social et culturel du bijou (cérémonies et rôle social) ainsi que les fonctions et croyances qui le sous-tendent. Les mêmes topo et approche pertinente et profonde sont tour à tours dédiés au tapis amazigh, aux portes amazighs, à la poterie ainsi qu’à l’architecture amazighe. Respectivement, l’anthropologue Ali Amahan, Hafid Mokadem, Conservateur, l’anthropologue El Khatir Aboulkacem-Afulay, et Mustapha Jlok, Conservateur-Chercheur, entre autres experts, nous initient à leurs disciplines, nous éclairent et nous sensibilisent à la richesse de ce patrimoine et à la nécessité de le perpétuer, le valoriser. Le tout, pour le salut de notre identité marocaine multiple.

 

Étiquettes