De l’écran à l’assiette, la cuisine pour les nul(le)s 

Par Sara Ait Lahmidi
Les Chefs 2.0 envahissent la toile ©DR
Les Chefs 2.0 envahissent la toile ©DR
Plus besoin aujourd’hui d’être un cordon bleu pour préparer un succulent couscous ou des “msemmen” dans les règles de l’art. A l'heure où la cuisine est devenue l'un des sujets de prédilection des réseaux sociaux, les abonnés du Fast Food n’ont plus d’excuses.

Ne pas pouvoir mettre les quantités à l'œil, mal assaisonner un plat ou encore ne pas faire la différence entre la coriandre et le basilic… Autant de tracas en cuisine qui rendent la vie difficile à plusieurs femmes. Venant à la rescousse, les Chefs 2.0 sont là pour livrer les astuces à celles à court d’idées ou en manque de technicité.

Alors que les réseaux sociaux sont envahis chaque jour par des centaines de vidéos de recettes culinaires, les mauvais cuisiniers se sentent de plus en plus stigmatisés.

C’est le cas de Soukaina, jeune mariée qui peine à préparer des repas de famille. “Malheureusement je n’ai pas pris le temps d’apprendre. Maintenant que je me suis mariée, je suis obligée de m’y mettre. Entre la vie de couple et les visites de ma belle-famille, il me faut au moins maîtriser quelques plats traditionnels”, explique la jeune femme à BAB.

 

La cuisine à bout de clic

Toutefois, plus besoin de demander assistance à chaque entrée en cuisine ou à stresser à la visite inopinée d’invités. Grâce aux recettes postées sur la toile, même ceux au niveau le plus bas de l’art culinaire ont leur place dans la brigade des toquées.

“Heureusement, Internet regorge de vidéos partagées par des chefs étoilés ou par des passionnés de cuisine. Je farfouille quelques comptes et je fonce appliquer à la lettre la recette”, se réjouit Soukaina.

Dans une société qui s’organise autour de la nourriture, s’il est vrai que devenir cordon bleu demande de l’expérience et des années de travail, le partage des recettes culinaires invite les cas les plus désespérés à se mettre derrière les fourneaux.

De l’avis de Laila Chini, gagnante de l’édition 2019 de MasterChef Maroc, le partage en ligne a permis de rendre la cuisine accessible à tous et à toutes; il suffit de mettre un minimum d'efforts, jouer avec les saveurs et expérimenter les textures.

En plus, au-delà d’aider les spectatrices à préparer les plats qu’elles souhaitent, l’idée de partager vise également à les inspirer dans leurs propres créations. “Le partage est une boucle bouclée, nous apprenons des autres et nous transmettons ce savoir-faire à notre tour”, précise-t-elle à BAB.

Des recettes accessibles et adaptées à tous les goûts

Depuis quelques années, Internet semble démocratiser la cuisine. A travers l’ouverture sur d’autres spécialités culinaires, notamment la cuisine libanaise, italienne ou mexicaine, les passionnés de cet art vont à la découverte de nouvelles expériences et n’hésitent pas à transmettre leur savoir-faire aux débutantes.

Avoir le bec sucré ou salé, être adepte des recettes “healthy” ou à la recherche de recettes pour enfants… Tous et toutes y trouvent leur compte car les contenus partagés sont de toutes sortes et conviennent à tous les niveaux.

“En ligne, vous trouverez des vidéos allant de quelques secondes à une demi-heure, des recettes faciles ou plus élaborées mais également celles adaptées aux diabétiques, aux intolérants au gluten, aux végétariens, etc”, relève Mme Chini.

En misant sur une cuisine originale et multiculturelle, les passionnés de la gastronomie proposent des recettes à l’apparence si facile. A base de peu d’ingrédients et sans montage compliqué, les préparations culinaires sont expliquées étape par étape, avec une précision des quantités et du temps de cuisson.

 

Une passion à plein temps

Autrefois confinés dans leur cuisine, les chefs sont devenus de véritables vedettes grâce à Internet.  Face à des spectatrices toujours plus curieuses et qui s’extasient devant les dernières découvertes culinaires, les foodies sont davantage tentés par le partage. Entre blogs spécialisés et e-books, de l’écran à l’assiette, le langage des saveurs se transforme en business.

Pour Laila Chini, l’objectif du partage des recettes est né de l’amour qu’elle porte à cet art, et il est également alimenté par les attentes de sa communauté de followers, notamment sur Instagram, qui réclament toujours plus de créations.

“Après l’arrêt de mon émission “Chhiwate Maa Laila” diffusée sur MBC 5, j’ai reçu plusieurs demandes de personnes voulant continuer à suivre mes réalisations culinaires. J’ai donc pensé à créer ma propre chaîne Youtube”, indique-t-elle. Or, pour cette férue de gastronomie, continuer à partager en ligne n’est pas chose aisée; il s’agit de tout un travail de valorisation et de présentation”.

Entre les frais du tournage et du montage et l’achat des ingrédients nécessaires, chaque épisode requiert un effort et un investissement importants”, explique-t-elle.

En parallèle, plusieurs passionnés s’y mettent à temps plein pour mettre en vente et en valeur leur savoir-faire à travers les livres de recettes. “De la pâtisserie jusqu’à n’importe quelle spécialité, les e-books sont légion. Il suffit de faire un choix et d’acheter en ligne le livre pour se mettre à cuisiner”, explique Nada, jeune débutante à la recherche de recettes inratables.

Pas besoin donc de mettre les petits plats dans les grands pour éblouir vos invités. 

Avec quelques clics et un peu de pratique, profanes et débutantes peuvent aisément dresser une assiette aussi belle que bonne. Messieurs et Mesdames, à vos téléphones et casseroles!