Aller au contenu principal

“Dieu, les maths, la folie’’, de Fouad Laroui: Comment concilier foi, vérité et raison

Par Jalila Ajaja
Ce nouvel essai de Fouad Laroui a été présenté lors d’une soirée littéraire à l’ambassade du Maroc à Paris ©MAP
Ce nouvel essai de Fouad Laroui a été présenté lors d’une soirée littéraire à l’ambassade du Maroc à Paris ©MAP
“Dieu, les mathématiques, la folie”, essai romancé, est un hommage à ces mathématiciens, à ces scientifiques et même hommes de lettres en quête perpétuelle de la vérité au risque de sombrer
parfois dans la folie ou de perdre leur foi.

Avec son nouvel opus “Dieu, les mathématiques, la folie’’, l’écrivain marocain Fouad Laroui lance une réflexion sur comment concilier la foi et la raison; un débat éternel qui a encore sa place dans notre monde actuel. “Le chemin de Dieu passe-t-il par l’intelligence et le calcul ? La vérité du monde est-elle atteignable ? Une telle quête, si exaltante soit elle, n’est-elle pas une forme de démesure qui appelle la punition?’’, autant de réflexions que soulève l’auteur dans ce livre sorti le 18 octobre en France.
“Comment distinguer le pourquoi et le comment des choses ? Comment être un scientifique apaisé ? Comment accepter toute la science, toutes les découvertes scientifiques sans mettre en danger la foi, sa foi ?’’, des questions que Fouad Laroui tente de cerner dans son essai. Paru aux éditions Robert Laffont, l’ouvrage de 272 pages, présenté en avant-première le 17 octobre 2018 lors d’une soirée littéraire à l’ambassade du Maroc à Paris, dissèque “phobies, névroses et psychoses et autres troubles divers, que la haute voltige intellectuelle crée ou renforce’’. C’est ainsi que Fouad Laroui met en scène des mathématiciens exceptionnels, qui à partir de leur passion pour les maths, interprètent le monde, le représentent et le modélisent ou abordent d’autres mondes inconnus sans lien avec le réel.

Dépasser le cliché du savant fou
Cette quête les mène à se mesurer à Dieu, à voir la face de Dieu ou à chercher à dépasser Dieu. Il s’agit d’une belle et brillante incursion dans l’histoire et la philosophie des mathématiques.
Au fil des pages, on croise des mathématiciens, des philosophes mais aussi des théologiens, des hommes de lettres, des mystiques… Qui ont tous en commun une recherche éperdue de la Vérité, des vérités.
Pour l’auteur, au-delà du cliché du savant fou, il semble qu’il y ait un vrai problème d’équilibre mental chez les plus grands mathématiciens. Le Russe Perelman, le Français Grothendieck, l’Allemand Cantor et l’Autrichien Godel en sont des exemples frappants.
A l’issue d’une étude minutieuse, Fouad Laroui distingue trois formes de folie chez les mathématiciens, qui, toutes lient Dieu à leur discipline.
Il s’agit de se mesurer à lui dans une quête de l’infini, de voir sa face dans la vérité absolue ou de le dépasser dans un formalisme débridé et sans limites.
“C’est un essai au titre intriguant. C’est aussi un livre assez dense, où l’on retrouve le goût de Fouad Laroui pour les histoires, mais aussi sa vivacité d’esprit qui lui permet de manier anecdotes savoureuses, concepts parfois alambiqués, études minutieuses, recherches documentées et souvenirs personnels’’, dira l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa.
“L’essai de Fouad Laroui donne à réfléchir sur cette folie de certains mathématiciens qui prend parfois des formes douces, presque attendrissantes mais qui peut devenir furieuse’’, commente le diplomate marocain.

Un essai romancé
“Cet essai est finalement une réflexion sur l’évolution des mathématiques, sur leur philosophie. C’est aussi et d’une certaine façon un roman car à la fin je romance un peu l’histoire de certains mathématiciens’’, confie à “BAB” Fouad Laroui.
Espiègle, il affirme que cet essai est parti d’une anecdote, celle d’écrire un livre sur les maths comme on écrit un roman, “juste pour embêter les jurys des prix littéraires qui accordent leurs prix à des livres qui ne sont pas des romans’’.
Ce livre, Fouad Laroui le portait en lui depuis une vingtaine d’années. Il résume en fait une réflexion née depuis le lycée. Une passion aussi que lui a prodiguée son professeur de maths au lycée Lyautey à Casablanca. “On peut aimer ou détester les maths. Mais l’on peut toujours présenter les sciences comme quelque chose d’amusant et les faire aimer aux enfants’’, affirme Laroui l’enseignant. Devant une assistance composée d’intellectuels et d’hommes de sciences marocains et français, Fouad Laroui a réussi un véritable tour de magie, celui de tenir en haleine un public attentif qui buvait religieusement des propos d’une profonde réflexion remplis d’histoires mais également de succulentes anecdotes et qui le plonge dans l’univers mystérieux des mathématiques et de la philosophie, hermétique pour les profanes.

Les maths, une quête de Dieu
“Si j’arrive à voir l’équation ultime, je serais en relation avec Dieu’’, une quête de l’absolu, de l’éternel qui pourrait mener au délire, à la folie’’, affirme Fouad Laroui le mathématicien pour qui la vérité mathématique est absolue, immuable et éternelle.
Et il est question de ces mêmes termes “éternel’’, “immuable’’, “absolu’’ qui sont aussi utilisés lorsqu’on évoque Dieu. “Mais si ‘le comment’ reste du ressort du mathématicien qui par ses démonstrations parvient à l’équation, ‘le pourquoi’ est la voie du théologien’’, résume l’auteur, affirmant que c’est lorsque le mathématicien tente de cerner le pourquoi qu’il peut plonger dans la folie, le délire…
La folie, Fouad Laroui se défend de l’aborder comme un psychologue ou un spécialiste. Il l’effleure seulement et ne cherche point à la définir. Fouad Laroui décrit des cas de mathématiciens, pour lesquels il confie avoir un respect énorme, qui ont sombré dans la folie.
Mathématicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, docteur en sciences économiques, Fouad Laroui enseigne à l’université d’Amsterdam la poétique et la philosophie des sciences.
L’écrivain Fouad Laroui est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages (romans, nouvelles, essais, poésie...) écrits en plusieurs langues. Il a obtenu le prix Goncourt de la nouvelle en 2013 et la Grande Médaille de la francophonie de l’Académie française en 2014.

Étiquettes