Discours royal du 20 août: un appel au renouveau

Par Abdellah Chahboun
SM le Roi a montré la voie pour un nouveau décollage du modèle  de développement ©MAP
SM le Roi a montré la voie pour un nouveau décollage du modèle de développement ©MAP
Dans Son discours du 20 août, SM le Roi trace la feuille de route pour (re)mettre le train du développement sur les bons rails. “Réajustement”, “anticipation” et “prospective” sont les mots d’ordre pour un modèle de développement efficient, qui redonne ses lettres de noblesse à la formation professionnelle et réalise la justice sociale et spatiale.

Porté par l'ambition d'un Maroc plus égalitaire, le discours royal à l'occasion du 66e anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple se donne les clés du futur modèle de développement, en tant que préalable à l'émergence d’une étape nouvelle avec une vision et du sang neufs.
SM le Roi Mohammed VI va dans son adresse au-delà d'un simple constat des déficits et de la situation actuelle, pour tracer les pistes opérationnelles et la perspective d'une mise en œuvre optimale de ce modèle que le Souverain veut porteur de remèdes aux maux dont souffre le pays.
Concrètement, le Souverain confie à la Commission spéciale sur le modèle de développement une triple mission de “réajustement”, d’“anticipation” et de “prospective”. Un travail sans conteste colossal en vue de “permettre à notre pays d’aborder l’avenir avec sérénité et assurance”.
Dans Son discours à la nation, SM le Roi a appelé à une “révolution renouvelée et continue”, en soulignant que le Royaume a atteint une phase qui ne permet ni hésitation ni erreurs, et que toutes les compétences, forces vives et autres acteurs sont appelés à réussir cette phase et à exploiter tous les atouts afin de réussir ce nouveau décollage.
Le Souverain est revenu sur la citation célèbre de feu Sa Majesté Mohammed V, qui avait affirmé à son retour d’exil: “Sortis du petit jihad (l’épreuve de l’exil et de recouvrement de l’indépendance), nous voilà de retour pour livrer le grand jihad (la vraie grande bataille du progrès et du développement)”.

Cap sur la formation professionnelle

L'oeuvre de développement tant escomptée devra faire émerger une vision maroco-marocaine authentiquement nationale puisqu'il s'agit, avant tout, d'instaurer une assise solide pour un nouveau contrat social emportant une adhésion unanime.
Sa Majesté le Roi a émis le souhait que ce modèle soit le socle de l'étape nouvelle “dont Nous avons esquissé les contours dans le dernier Discours du Trône, étape à laquelle Nous avons assigné comme mots d’ordre Responsabilité et Essor”.
Aux côtés justement de l’État et ses institutions, y trouveront leur compte aussi les forces vives de la nation avec en bonne place le secteur privé, les formations politiques et les syndicats, ainsi que les associations.
à l'évidence, un tel chantier national de développement nécessite d'apporter du sang frais dans un domaine aussi porteur qu'est la formation professionnelle, ô combien vitale pour l'insertion professionnelle et la stabilité sociale.
Plus précisément, l'accent doit être mis sur “l’encouragement de l’initiative privée et de l’auto-emploi et, in fine, l’impulsion de la dynamique de développement”.
Dans le même sens de clarté, le chef de l’État appelle à focaliser les actions sur les métiers de l’artisanat, les industries agro-alimentaires et les professions agricoles, le tout compte tenu des ressources et des spécificités de chaque région.
Sans perdre de vue la promotion des compétences et des capacités dans d'autres domaines à fort impact en termes d'emploi comme le tourisme, les services, l’industrie automobile, l’aéronautique et les nouvelles technologies.

La justice sociale et spatiale érigée en urgence nationale

L'approche royale transcende la logique du tout politique dès lors que le Souverain insiste sur la nécessaire implication du citoyen en tant qu’acteur principal dans cette nouvelle étape qui s'annonce fondatrice dans l'histoire du Royaume.
Et le plus frappant dans cette vision d'ensemble c'est la place centrale réservée à la classe moyenne en tant que soubassement solide dans l'édifice social qu'il convient aujourd’hui d'élever et de fortifier. D'où à juste titre, l'appel royal lancé pour en “préserver les fondements et les ressources” en réunissant les conditions favorables à sa consolidation et à son élargissement.
L'aboutissement du modèle de développement se mesure en effet à l'aune de la situation sociale dans un Maroc en quête de justice sociale et spatiale, gage de tout progrès sur le registre de l'égalité pour tous.

La formation professionnelle est le socle de tout développement ©MAP
La formation professionnelle est le socle de tout développement ©MAP


Dans cette optique, SM le Roi insiste sur le fait que “toutes les potentialités du monde rural doivent être exploitées, avec, en priorité, les terres agricoles soulaliyates, dont Nous avons préconisé la mobilisation pour la réalisation de projets d’investissements agricoles”.
Les filières non agricoles ne sont pas en reste, puisque le Souverain souligne l'impératif de valoriser les potentialités que recèlent le tourisme rural, le commerce et les industries du terroir, entre autres.
Autant dire que le discours royal du 20 août identifie comme urgence nationale la redistribution équitable des fruits de développement, laquelle perspective passe immanquablement par une croissance économique plus soutenue.
Pour y arriver, un exercice d’auto-critique s’avère indispensable, comme l’a affirmé le Souverain: “Nous ne devons avoir honte ni de reconnaître nos faiblesses, ni d’avouer les erreurs qui ont entaché notre parcours. Nous devons, au contraire, en tirer les enseignements qui nous permettront de corriger les défaillances, de redéfinir le cap à suivre”.

Étiquettes