Aller au contenu principal

El Asado, une histoire de goût et d’identité

Par Hicham Lakhal
El Asado est composé de viande bovine, ainsi que d’autres types de viande cuite sur un gril ©DR
El Asado est composé de viande bovine, ainsi que d’autres types de viande cuite sur un gril ©DR
Il existe plus d'une quarantaine de méthodes de préparer El Asado, plat argentin typique constitué à base de viande grillée. Cuisiner ce met symbole d’amitié et d'hospitalité nécessite de l'expertise et d'avoir une âme d'artiste maîtrisant le folklore et la culture argentins.

“Si vous n’aimez pas El Asado et que vous ne savez pas comment le préparer, vous n’êtes certainement pas un Argentin”, affirme Pietro Sorba, l’un des meilleurs experts en cuisine argentine. La relation entre les Argentins et les plats de viande grillée, appelée localement El Asado, est incompréhensible pour ceux qui ne réalisent pas l’importance et le symbolisme d’El Asado dans le pays du Tango.
El Asado, un des plats les plus populaires en Argentine, est principalement composé de viande bovine, ainsi que d’autres types de viande cuite sur un gril appelé “parilla” ou directement sur de la braise. Selon certaines sources historiques et des études sociales, El Asado serait né au début du XVIIIe siècle avec la prolifération du style de cow-boy ou “El Gaucho” dans la région de “La Pampa”, un vaste territoire situé au centre du pays.
El Asado fait partie de l’identité et de la culture de l’Argentine et son rôle n’est pas seulement de satisfaire les besoins nutritionnels en viandes grillées, mais il s’agit aussi d’un symbole d’amitié et de solidarité. C’est ainsi que les autorités de la capitale, Buenos Aires, ont organisé le premier concours national pour El Asado, qui a réuni récemment dans la Plaza Republica près de l’Obelisco, au centre de la capitale, les plus grands chefs de toutes les provinces du pays.
La préparation d’El Asado ne nécessite pas nécessairement de conditions ou d’occasions particulières, néanmoins les contraintes de la vie quotidienne imposent d’organiser des barbecues les dimanches et jours fériés.
La préparation de ce plat, le plus célèbre d’Amérique du Sud, est précédée par des rituels spécifiques, dont la méthode de préparation du feu et la tenue traditionnelle portée par la personne en charge des grillades, souvent expérimentée, alors que les femmes se chargent de la cuisine des plats d’accompagnement d’El Asado.
Pour les Argentins, El Asado est, selon le journaliste et expert en cuisine argentine Pietro Sorba, “le plat le plus célèbre et le plus populaire, de même qu’il reflète le plaisir de s’asseoir à table et d’attendre que la viande prenne suffisamment son temps de cuisson avant de pouvoir la déguster”, ajoutant que “tout cela représente tout un pan de notre culture et de notre identité”.

Cuisiner El Asado en chantant des refrains du folklore argentin
“Vous avez au Maroc des spécialistes de la préparation et de la cuisine de la viande grillée de différentes manières et vous pouvez les déguster à Marrakech et dans sa célèbre Place Jamaa El Fna”, indique M. Sorba, également membre du jury de cette compétition, formant le vœu de voir un jour les plus talentueux cuisiniers marocains et argentins s’affronter dans une compétition de cuisson de viande grillée, ce qui serait “merveilleux”, dit-il.
“En tant que plat emblématique pour les Argentins, les moments les plus importants sont ceux où les membres de la famille se rencontrent autour d’une même table et je pense qu’en cuisinant, nous pouvons partager beaucoup de choses avec le Maroc, qui dispose également de très bons cuisiniers qui maîtrisent l’art de la préparation de la viande grillée”, a indiqué, le chef du gouvernement indépendant de Buenos Aires, Horacio Larreta.
Pour sa part, Mario Adrian Perez, l’un des chefs les plus connus d’Argentine, a déclaré qu’il n’y avait pas de méthode unique pour préparer El Asado, mais une quarantaine voire une cinquantaine selon les régions.
Pour ce chef reconnu, cuisiner El Asado requiert une personne sensible et maîtrisant la poésie qui s’inspire du folklore argentin, car le cuisinier d’El Asado en chante des refrains lors de la préparation du plat.
Si El Asado domine tous les plats argentins et qu’il est difficile d’imaginer une table sans sa présence, les professionnels de la santé mettent en garde contre la consommation excessive de viande en Argentine où la moyenne individuelle est de plus de 50 kilogrammes par année et qui pourrait être à l’origine des résultats des études plaçant les Argentins parmi les personnes les plus obèses de la région, avec le lot de maladies et de problèmes de santé qui va avec.

Étiquettes