Aller au contenu principal

Hicham Lahlou, le prince du design

Par Mohamed Amine Harmach
Hicham Lahlou, designer ©DR
Hicham Lahlou, designer ©DR
Pour devenir la signature, le porte-drapeau du design marocain et africain qu’il est aujourd’hui, Hicham Lahlou s’est, depuis ses débuts, il y a plus de 24 ans, dévoué corps et âme à sa passion, son pays et son continent.

Hicham Lahlou, un nom associé au design global et l’architecture d’intérieur, une signature.
Cet homme affable à l’allure d’un gendre idéal, mais qu’on confondrait volontiers avec un crooner tellement il est à l’aise sous les lumières des projecteurs et des médias, respire, parle et pense design.
Reconnu par ses pairs au niveau international depuis plus de deux décennies, lui qui siège (2017- 2019) au conseil d’administration de l’Organisation Mondiale du Design / World Design Organization (WDO) aux côtés de grands noms de la discipline, notamment le patron du design de Samsung Electronics monde, entre autres, il n’a jamais hésité à mettre à profit son image, sa notoriété et son verbe facile pour contribuer à faire connaître “un secteur ô combien à développer”, dit-il, “aussi bien au Maroc qu’en Afrique”.
“On doit sensibiliser, arrêter de penser qu’on crée juste pour faire joli, pour amuser la galerie. Non, on crée concrètement pour apporter de la valeur, pour développer des entreprises, des industries, l’artisanat, l’éducation, l’économie… D’ailleurs, ce n’est pas un hasard que le numéro 2 d’Apple monde, la plus grosse capitalisation boursière, est un designer”, prône Lahlou.
Dans ce sens, il n’hésite pas à montrer en exemple des pays émergents qui ont misé sur le design, notamment l’Inde, la Corée du Sud depuis 30 ans, ou encoure la Turquie qui célèbre cette année 35 ans de formation de très haut niveau en design avec des bachelors, masters et jusqu’au doctorat dans les universités publiques et privées à l’instar de tous les pays développés ou ceux dits émergents.
Sans parler de la Chine qui est en train d’investir massivement dans le design, et où il y a même des entreprises qui ont plus de 1000 designers intégrés dans leurs usines !
“Le design est le moteur de l’innovation et l’on enseigne le design management dans les écoles de business également. Des jeunes designers ayant des masters en design interactif sont recrutés chez Twitter, Facebook et les grandes entreprises et start up à fort potentiel ayant compris le vrai sens du mot design”, souligne Hicham Lahlou.

Designer global des gares LGV
L’un des derniers faits d’arme de Hicham Lahlou, une fierté, est sa participation à l’édification du projet du réseau “LGV, Al Boraq: Première ligne et train à grande vitesse d’Afrique”.
En effet, il a assuré en tant que designer global, la conception de la totalité des espaces d’intérieurs de quatre gares: La nouvelle gare de Kénitra, nouvelle gare de Casa Voyageurs, nouvelles gares de Rabat Agdal et Tanger Ville, des projets tous signées par des architectes marocains.
Ces espaces intérieurs comptent les salons d’honneur, les lounges première classe, billetteries et espaces d’attente.
“Quand je signe une création destinée à un public donné, j’essaie de faire en sorte que ça réponde à des exigences, à des questions concrètes de la manière la plus rigoureuse possible”, explique-t-il.
En l’occurrence, la complexité des espaces des gares LGV réside dans la volonté du designer de créer des lieux qui répondent aux besoins de confort, d’ergonomie et de gestion des flux à travers une codification des formes et des couleurs précises tout en y intégrant des éléments tirés de l’artisanat marocain.
Et pour ce projet, comme pour toutes ses créations, M. Lahlou a mis un point d’honneur à ce que la totalité des éléments créés soient fabriqués au Maroc, à savoir: Comptoirs, fauteuils, tables liseuses, bureaux, mobiliers de vente et préparation de voyage, candélabres intérieurs, lampes, tables et tables basses, paravents intégrés ainsi que les bancs publics des quais et des esplanades pour la totalité des gares.

Made in Morocco
“Encourager la compétence marocaine, c’est primordiale. On a des gens talentueux au Maroc. Aujourd’hui, si on ne donne pas la chance aux jeunes, notamment de la part des donneurs d’ordre, des grandes institutions publiques, grands patrons ou ceux de PME, s’ils ne font pas confiance à la compétence marocaine tout azimut, on ne pourra pas évoluer”, martèle Hicham Lahlou qui tient à associer à ses exploits sa jeune équipe.
“Je suis entouré par de jeunes marocains talentueux, “wlad nass”, (fils de bonne famille) j’aime beaucoup ce terme. Ce sont des gens carrés qui travaillent bien, bien éduqués qui ont fait des études”, témoigne ce passeur qui dit essayer de former au mieux les jeunes qui l’entourent et leur transmettre tout
ce qu’il sait. “J’apprends aussi des jeunes, ils ont une façon de voir qui est nouvelle”, ajoute le créateur, décoré en février 2016 “Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres” de la République Française en tant que marocain dans la catégorie personnalités étrangères en reconnaissance de son parcours international, son engagement et sa grande contribution.
Une distinction parmi tant d’autres qui viennent régulièrement s’ajouter au palmarès bien étoffé de Hicham Lahlou, jusqu’à donner l’impression (fausse) que le succès est facile pour le designer.
L’un des derniers prix en date est l’IF Design Award 2018, un prix de design de renommée mondiale, qui a été décerné à Hicham Lahlou pour son projet Concept “M” - Auvent métallique de la gare de péage de l’autoroute de contournement de la ville de Rabat pour Autoroutes du Maroc, le plus grand auvent autoroutier d’Afrique, dans la discipline “Architecture”, catégorie“Urban/Landscape”.
Mais pour notre designer, ce prix, outre être un honneur et une véritable reconnaissance, vient couronner un projet pour lequel il a consacré 6 ans de sa vie avec son équipe, sans compter les 14 mois que la révision du projet a nécessité. Un autre projet avec 100% de compétence marocaine.
M. Lahlou signe aussi des collections pour de grandes marques internationales telles que Daum, Ecart International, Lip, Aquamass, Airdiem, Nodus Rug, ou encore récemment la marque mondiale italienne Citco, ainsi que l’hôtel marque du Louvre Hotels Group (2ème groupe hôtelier mondial) “Kyriad Résidence” à Casablanca pour H Partners en tant que designer des 98 chambres du Lobby.
Il lance aussi  prochainement une collection de la grande manufacture française de porcelaine Haviland.
Et ce n’est pas tout, ce perfectionniste au souci exacerbé du détail compte parmi ses oeuvres la montre Lalla éditée par Lip, choisie en 2011 par le réalisateur Luc Besson dans son film Colombiana et portée par sa nouvelle égérie Zoé Saldana.
Aussi, ses créations sont-elles régulièrement exposées dans des musées comme le Vitra Design Museum, le Guggenheim Bilbao, le Kunsthal Rotterdam et de nombreux musées aux USA, comme dernièrement au Blanton Museum à Austin, au Texas; ou le Victoria & Albert Museum de Londres qui a acquis la célèbre création du designer “le narguilé Disco Pipe éditée par la marque internationale Française AIRDIEM”.
Cette œuvre fait partie de la collection permanente du musée qui compte la plus grande collection d’art islamique du monde.
D’autres œuvres du créateur font partie d’autres musées en Europe et ailleurs.


Apprendre et transmettre
En réalité, derrière ce parcours de premier de la classe, se cache un boulimique de travail, des yeux éternellement émerveillés et curieux et surtout une grande soif d’apprendre, lui qui confie “se réveiller chaque jour comme si j’étais un débutant dans ma tête, en me disant rien n’est acquis”.
Et ça tombe bien, parce que Hicham Lahlou voyage énormément, ses responsabilités dans la World Design Organization obligent (il est deuxième africain et premier arabe élu au sein de cette organisation en 62 ans d’histoire).
Ainsi il tire son inspiration en étant en interaction constante avec le monde, lui qui a exposé et donné des conférences au Brésil, Mexique, à Hong-kong, et dans plusieurs pays en Europe, aux États-Unis, au Moyen-Orient.
Mais c’est sans conteste dans le continent africain dont “la créativité est aussi immense que son territoire” que Hicham Lahlou voit l’avenir, militant convaincu de la vision de la coopération sud-sud. “Nous avons beaucoup de choses à s’apporter mutuellement”, déclare Hicham Lahlou qui réserve des projets ambitieux pour ce continent.

“Africa Design School by Africa Design Academy”
Conscient qu’aujourd’hui “nous avons plus que jamais besoin d’éduquer, former”, il ambitionne de mettre en place en collaboration avec un groupe d’investissement, un projet de réseau d’écoles de design en Afrique de l’Ouest dans un premier temps, avec comme base le Maroc: “Africa Design School by Africa Design Academy”.
Un projet dans l’éducation et la formation qui trotte dans sa tête depuis la création d’un autre projet dédié à l’Afrique: Africa Design Award & Days (ADA & ADD) qu’il fonde en 2014, et qui se veut un nouveau hub digital du design qui vise à mettre en avant une nouvelle génération de designers ainsi que des designers confirmés du continent africain.
Dans le même esprit visant à promouvoir les créateurs designers marocains et de tout le continent africain, Hicham Lahlou est en train de préparer un livre qu’il a initié en collaboration avec Mme Patricia Defever fondatrice directrice générale des éditions Langage du Sud au Maroc et dont la publication est prévue en mars en version française et anglaise. Il travaille dessus en tant que co-auteur en collaboration avec le Professeur Kenyan Mugendi K. M’Rithaa, premier président africain de la World Design Organization (2015-2017).
Cet ouvrage sur lequel le duo collabore avec l’équipe de l’éditeur depuis plus d’un an va comprendre pas loin de 50 designers de tout le continent (5 régions) et de la diaspora (6ième région). “Plus qu’un livre, il s’agit d’un projet et d’une vision”, explique Hicham Lahlou. Une autre façon pour lui de clamer, à l’heure où tous les regards se tournent vers l’Afrique, que “nous sommes aujourd’hui capable, d’innover, de créer nos propres produits”.
D’ailleurs, les plus grandes marques dans le monde font signer des designers africains qui n’ont rien à envier aux designers d’Europe et d’ailleurs !
Il faut juste que les décideurs, les entreprises marocaines et d’Afrique de plus en plus nombreuses à investir en Afrique, ainsi que les patrons du secteur privé et les politiques, le comprennent et saisissent
l’opportunité.

 

Étiquettes