La clémentine brille à l’international

Par Azeddine Lqadey
©MAP/Yassine Elayouchi
Fleuron du verger marocain, la clémentine de Berkane est promise à un bel avenir. L’actuelle campagne est placée sous de bons auspices, avec une demande sans précédent des marchés internationaux, une production plus maîtrisée et des prix plus valorisés. Pour promouvoir la commercialisation et l’export, “l’or orange” de l’Oriental a son label connu et reconnu à l’échelle internationale, notamment grâce à ses qualités gustatives et organoleptiques très appréciées.

Avec une superficie de 21.800 Ha (65% de petits fruits et 35% d’oranges) dont 16.500 hectares sont équipés en système d’irrigation localisée, l'agrumiculture constitue la principale culture dans le périmètre irrigué de la Moulouya.
En effet, elle permet de créer plus de deux millions de journées de travail annuellement, de même qu’elle constitue une source importante de revenu avec une valeur annuelle d’environ 570 millions de dirhams, soit l’équivalent de 26% de la valeur totale de la production végétale en irrigué. Cette culture est localisée à 86%  au niveau de la province de Berkane.
La clémentine de Berkane qui représente 80% des petits fruits dans la région est sans conteste l'une des meilleures variétés du verger marocain. Produit phare de la région, ce fruit jouit d’une renommée internationale grâce à ses qualités gustatives et organoleptiques très appréciées.
Et contrairement à la campagne précédente, marquée par une chute vertigineuse des prix résultant d’une offre qui dépasse de loin la demande, en raison d’une production surabondante au niveau des pays du bassin méditerranéen, la clémentine de Berkane est très sollicitée cette année sur le marché international, comme en témoignent les chiffres réalisés jusqu’à présent, avec une hausse des exportations de plus de 20% par rapport à la même période de la campagne précédente.
Cette notoriété, rappelle-t-on, est protégée par le label Indication Géographique Protégée (IGP) qui a été remis par Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour l’association demandeur dudit label à l’occasion du Salon International de l’Agriculture de Meknès (SIAM) en 2010. Ce label a pour but de protéger et de mieux valoriser la clémentine de Berkane et de promouvoir la commercialisation aux niveaux local et international.

Berkane, un label qui cartonne au Maroc et ailleurs

La clémentine de Berkane est reconnue depuis des années pour sa qualité, notamment sur les marchés européens et son grand succès auprès des consommateurs avait même poussé certaines sociétés étrangères à commercialiser leurs clémentines de moindre qualité dans des emballages de Berkane.

Le tonnage total exporté jusqu’au 25 novembre 2019 s'élève à 19.000 T ©MAP/Yassine Elayouchi
Le tonnage total exporté jusqu’au 25 novembre 2019 s'élève à 19.000 T ©MAP/Yassine Elayouchi


Ce constat, ainsi que la nécessité d’informer les consommateurs sur l’origine et la qualité du produit, avaient rendu indispensable la création d’une indication géographique (IG).
Pour bénéficier de ce label, la production, la récolte et le conditionnement des clémentines doivent être réalisés dans les communes de Boughriba, Chouihya, Zegzel, Aghbal, Laâtamna, Fezouane et Madagh. De même, les productions doivent être issues exclusivement des variétés de clémentiniers: le clone de Berkane et la Nulès, dont les fruits se distinguent par une peau non adhérente de couleur orange rougeâtre, l’absence de pépins et une saveur agréable.
La création de cette IG est le fruit de la collaboration de plusieurs opérateurs régionaux: groupes exportateurs, ORMVA, INRA, l’ONSSA et organismes de certification, en collaboration avec la région de Champagne-Ardenne (France).
Selon des données de l’Office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya (ORMVAM), les opérations essentielles de production, notamment la taille, l’irrigation, la fertilisation, les traitements phytosanitaires, sont relativement maîtrisées et à des degrés variables par les producteurs.
L’actuelle campagne agrumicole a été marquée par une floraison tardive et groupée sur une courte durée avec un taux de nouaison moyen, surtout chez les plantations adultes des petits fruits.
La chute physiologique a été d’une intensité aussi prononcée que la normale dans la zone de Madagh et plus importante dans les zones de Boughriba et Zebra.

Production mieux valorisée, rebond de l’export

Concernant l’évolution du calibre des fruits de la clémentine, alors qu’il était en avance par rapport à la campagne précédente au mois de septembre, la persistance des températures élevées jusqu’au début du mois de novembre 2019 a empêché la croissance normale des fruits et par conséquent le gain en poids.
Ainsi, la production prévisionnelle globale des agrumes dans la Moulouya est estimée à 310.000 T dont 195.000 T en petits fruits et 115.000 T d’oranges.
Le conditionnement des agrumes de la région est assuré par 21 stations, ayant une capacité annuelle de 158.000 T. Sept de ces stations sont constituées sous forme de coopératives et représentent près de 30% de la capacité globale. Les exportations de la région sont assurées par quatre groupes.
L’ORMVAM précise que le démarrage de la cueillette de la clémentine pour le déverdissage a commencé le 16 octobre 2019, alors que la phase d'exportation a débuté le 24 octobre 2019 contre le 21 octobre en 2018.
Le tonnage total exporté jusqu’au 25 novembre 2019 s'élève à 19.000 T contre 13.500 T, soit une augmentation de près de 40% par rapport à la même date de la campagne précédente.
Ces exportations ont concerné différentes destinations, notamment la Russie (49%), les pays de l’Union Européenne (33%), les États-Unis (9%), le Canada (9%) et l’Arabie Saoudite (0,2%).
Quand à la commercialisation, contrairement à la campagne précédente caractérisée par l’effondrement des prix de vente de la clémentine suite à une surproduction à l’échelle nationale, fait remarquer l’ORMVAM, les prix enregistrés cette année sont importants et prometteurs.
En effet, explique-t-on, les ventes sur pieds ont commencé tôt lors de cette campagne et ont varié entre 2 et 3 dirhams le kilogramme (DH/Kg) contre 0,7 à 1,5 DH/Kg (avec une moyenne de moins d’1 Dh/Kg) enregistré durant la campagne précédente.
Concernant les prix de vente des petits fruits avec feuilles au marché de gros, ils varient actuellement entre 2,5 et 3,5 DH/Kg contre 0,5 à 2,0 DH/Kg la campagne passée.
Les prix des écarts de triage de la clémentine ont commencé avec 2,30 Dh/Kg en début de campagne pour se stabiliser actuellement à 1,80 Dh/Kg contre 0,4 à 0,7 Dh/Kg en 2018-2019.

Clémentine: le Plan Maroc Vert porte ses fruits

Quant à Abdelaziz Kodad, chef du service Production agricole à l’ORMVAM, il a relevé que la filière des agrumes a bénéficié d’un grand intérêt dans le cadre de l’ambitieux Plan Maroc Vert, soulignant que la région de l'Oriental occupe une bonne position en matière de production au niveau national.
Les efforts consentis dans le sillage dudit plan ont permis, entre autres, de planter 6.000 hectares de plus entre 2008 et 2019, soit un taux de réalisation d’environ 150 % de l’objectif fixé à l’horizon 2020, et d’équiper quelque 16.500 hectares par le système d’irrigation par goutte à goutte pour l’économie d’eau, soit 91% des prévisions à l’horizon 2020 (18.400 Ha).
M. Kodad a par ailleurs affirmé que la campagne 2019-2020 se déroule dans de bonnes conditions, plus particulièrement au niveau de la commercialisation, sachant que les exportations ont atteint à la date du 30 novembre un total de 24.500 tonnes de clémentines, contre 20.400 tonnes à la même date de l’année dernière qui a connu une série de problèmes ayant eu un impact négatif sur le secteur des agrumes, soit une hausse d’environ 20%.
Cette filière qui occupe une place de choix au niveau de la région bénéficie aussi d’un accompagnement rigoureux et continu de la part des différents services du ministère de l’Agriculture (ORMVAM, direction régional, ONCA, ONSSA), et ce, à travers la formation et l’encadrement des agriculteurs afin d’améliorer leur productivité et leur revenu, et hisser davantage le niveau de la qualité pour accéder et conquérir de nouveaux marchés étrangers.

Ce petit agrume juteux et désaltérant présente un faible taux calorique, seulement 46 kcal/100 g, voisin de celui de l'abricot ou du melon ©MAP/Yassine Elayouchi
Ce petit agrume juteux et désaltérant présente un faible taux calorique, seulement 46 kcal/100 g, voisin de celui de l'abricot ou du melon ©MAP/Yassine Elayouchi

 

Étiquettes