La vipère heurtante, quand le prédateur devient une proie

La vipère heurtante
La vipère heurtante
Malgré son nom et son apparence qui font froid dans le dos, la vipère heurtante est loin d’être dangereuse. Ce reptile géant, qui ne crache son venin qu’en cas de “légitime défense”, est en sous-population à cause des comportements agressifs de l’Homme.

C’est l’un des serpents les plus dangereux dans le monde doté de l’attaque la plus rapide aussi. La vipère heurtante vit au Maroc mais dans une zone limitée et ne constitue aucun danger pour l’Homme sauf en cas de “légitime défense”. En revanche, ce dernier lui mène la vie dure soit en la tuant par peur et par méconnaissance, soit en envahissant son milieu naturel (biotope) ou encore pour l’utiliser pour son propre intérêt. Par conséquent, il cause la diminution de ses effectifs voire même sa disparition.

“La vipère heurtante se fait de plus en plus rare au Maroc”, affirme à BAB, l’expert français des reptiles Luc Fougeirol. “Durant mes années de travail de terrain au Maroc, j’ai constaté une diminution du nombre des vipères heurtantes en particulier et des reptiles en général. Ceci est dû à la disparition des biotopes et à la prédation de l’Homme”, fait remarquer M. Fougeirol.

L’expansion des terres cultivées, des serres et des habitations fait rétrécir l’habitat naturel des vipères heurtantes. “De son nom scientifique ’Bitis arietans’, la vipère heurtante est une espèce africaine peu fréquente au Maroc. Le reptile se trouve dans le Sud du pays entre Agadir et Guelmim”, précise M. Fougeirol.

 

Une vipère paisible, un homme agressif

 

Au-delà de l’invasion de l’espace de vie des vipères heurtantes, les réactions de l’Homme quand il tombe nez à nez avec cet animal sont calamiteuses. “La vipère heurtante est passive face à l’Homme. Si on la laisse vivre paisiblement, elle ne fera de mal à personne. Mais, malheureusement, elle est crainte par l’Homme. Donc, on l’attaque, on la tue et on la pourchasse aussi”, explique notre interlocuteur.

L’expert français né au Maroc ajoute que cette attitude humaine est notable partout dans le monde. “L’Homme a peur des serpents parce qu’il les connaît mal”, estime-t-il.

L’Homme n’est pas une proie pour la vipère heurtante. Au contraire, il est son prédateur qu’elle cherche à éviter. “L’animal à grosse tête n’attaque l’Homme que par peur. Quand il se sent menacé, ce reptile se gonfle, dresse la tête mais n’attaque qu’au dernier moment”, détaille M. Fougeirol, également membre de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

 

Une attaque des plus rapides et un venin des plus mortels

 

Mesurant 1,50 mètre de long et armée d’un crochet de 5 à 6 centimètres, la vipère heurtante se caractérise par l’attaque la plus rapide au monde, à une vitesse de 2,6m/s. L’efficacité de son venin dépend, entre autres, de la quantité injectée et de l’endroit de la morsure. Son attaque peut mettre à terre un adulte dans 24 heures. Le poison cause une hémorragie. Les effets du poison de cet animal qui n’arrive pourtant pas à fuir rapidement les humains en raison de la lenteur de ses mouvements sont variables selon la santé de la personne mordue.

“La vipère heurtante avance en ligne droite, une capacité assez rare chez les serpents”, souligne M. Fougeirol. Professionnelle du camouflage, elle adapte sa couleur à l’endroit dans lequel elle vit. Elle est donc difficile à remarquer à même le sol. Cependant, elle est facilement repérable à l’aide des traces qu’elle laisse derrière elle.

Ainsi, ce serpent risque d’être chassé et capturé à tout moment. La prédation de l’Homme va au-delà de la chasse. Elle atteint une exploitation servile de la vipère heurtante comme moyen d’attraction et d’animation.

Selon M. Fougeirol, “il y a près de 80 charmeurs de serpents à Marrakech. Chacun d’eux consomme 4 à 5 animaux par an. Leurs crochets venimeux arrachés et mis sous un stress insoutenable à la place Jemaâ El Fna, ces vertébrés dont fait partie la vipère heurtante ne vivent pas longtemps. Ils finissent par mourir dans 2 ou 3 mois alors que leur espérance de vie varie de 15 à 20 ans dans la nature”.

La vipère heurtante joue un rôle écologique indispensable. Elle est une régulatrice de la chaîne d’alimentation et maintient l’équilibre de l’écosystème. Elle se nourrit de rats, de souris et de toutes les espèces envahissantes de rongeurs.

Assez de prédation humaine!

Naturellement, cet animal rampant vit dans des zones chaudes. Les activités de ce spécimen sont crépusculaires et nocturnes. Il part à la chasse la nuit tombée. Quant à son activité diurne, elle se limite à occuper son abri ou son terrier. La vipère heurtante passe plusieurs semaines sans boire. Et plus rude encore, elle reste tout l’hiver sans manger. Elle puise son énergie dans ses réserves de graisse.

La reproduction chez la vipère heurtante se déroule après l’hiver. Les mâles se livrent au combat et c’est au bon lutteur de s’accoupler avec la femelle. Entre 25 et 30 bébés serpents naissent après 5 ou 6 mois à 20 centimètres de long et finissent par devenir assez grands pesant jusqu’à 7 kg.

Un animal précieux pour l’écosystème et inoffensif pour l’Homme sauf en cas de menace qu’il faut protéger. “Il faut tirer la sonnette d’alarme face à la situation de la vipère heurtante qui disparaît petit à petit. Il faut préserver son biotope et mettre fin à la prédation de l’Homme”, conclut le spécialiste Luc Fougeirol.w