Le Yoga, effet de mode ou mode de vie ?

Par Zineb Bouazzaoui
Asmae Ajana ©DR
Asmae Ajana ©DR
Vos séances matinales de jogging et votre routine fitness vous manquent terriblement ? Heureusement que le Yoga est là pour alléger l’ambiance trop lourde du confinement. Anti-stress naturel pouvant être pratiqué à tout moment, en ligne, en live ou via appli mobile, le Yoga est le meilleur allié de ceux qui veulent garder la forme et le moral, confinement ou pas.

Respirer profondément, détendre ses muscles à même le tapis et savourer tout en silence le moment présent. Voici un luxe que de plus en plus de personnes recherchent dans le yoga pendant cette période troublée par la pandémie. 

Il suffit de consulter le fil d’actualité des réseaux sociaux, notamment Instagram, pour constater à quel point cette discipline née en Inde depuis des millénaires connaît un véritable engouement. 

Des “#30dayschallenge” aux “lives”, en passant par les cours sur Youtube, une offre riche s'étale sur les réseaux sociaux pour répondre aux attentes de toutes ces personnes qui semblent profiter du confinement en s’initiant au yoga.

Les confinés s’y mettent massivement au point qu’il est légitime de se demander s’il s’agit d’un mouvement de mode encouragé par les images tendance postées çà et là de belles silhouettes, postures et contorsions alambiquées, ou s’il s’agit d’une démarche sincère en vue de se découvrir et de se réaliser.

 

Légèreté d'esprit et de corps

 

“Aujourd'hui, nous traversons tous une phase où nous nous trouvons coincés devant un miroir, face à notre réalité propre, sans aucun artifice... Une réalité qui peut parfois nous faire peur. Ainsi, grâce à la pratique du yoga notamment les postures physiques, les exercices de respiration, la contemplation et la méditation, nous pouvons gérer cet état de détresse et le transformer positivement”, explique Asmae Ajana, professeur de Yoga certifiée à Rishikesh en Inde.

Celle-ci traduit le mot yoga par “union” et “être en Yuj’’. “Cela signifie unir le corps, le mental et l’âme pour que l'âme individuelle soit en union avec l'âme universelle”, précise cette jeune passionnée souhaitant transmettre cet art de vivre qui a illuminé sa vie pendant une période sombre.

Pour ce qui est de l’attrait grandissant pour le yoga, Asmae le justifie par le fait “que de plus en plus de personnes cherchent à se connecter avec leur être intérieur et s’interrogent sur la vraie source du bonheur. Un bonheur difficile à trouver dans les choses matérielles, les carrières et les statuts sociaux, d'où l'utilité du yoga véhiculant de la joie à travers l'harmonie du mouvement du corps, du souffle et de l’âme”.

Si la pratique se popularise, percer son mystère et en cerner toutes les dimensions et contours demande selon notre experte une initiation approfondie et une implication de tous les jours loin du mouvement de mode qu’elle suscite et au-delà de l'image glamour et healthy véhiculée sur les réseaux sociaux.

A ce propos, la yogi relève que “l’aspect physique du Yoga ne représente qu'une toute petite partie de son concept vu que tout le reste se passe en dehors du tapis”, soulignant que le Yoga “ne se fait pas, il se vit, c'est le le chemin du soi, à travers le soi, vers le soi’’. 

Toutefois, force est de constater qu’Instagram et compagnie s’avèrent être un excellent outil pour rapprocher le yoga des personnes à la recherche d'une activité pouvant les aider à gérer leurs émotions en ces temps difficiles tout en leur permettant de rester en mouvement, nuance notre coach.

 

Se distancier des autres pour se rapprocher de soi

 

Pour sa part, l'instituteur de Hatha Yoga et de méditation certifié et fondateur de “Within & Beyond”, Louay Benaabdelaali alias Baba Louay, s’est très vite aperçu de l'importance de cette pratique sur le corps et l'esprit grâce à un voyage de 3 mois en Inde.

“Le yoga est un allié de taille pendant le confinement, car ce sont les moments de distanciation sociale qui permettent de mieux forger l'esprit, de se découvrir plus profondément en prenant conscience des blocages, des tensions et de connaître les limites physiques ou émotionnelles pour pouvoir les redéfinir, et aller puiser dans les innombrables bienfaits de cette pratique”, affirme Baba Louay. 

Interrogé par BAB sur l'essor du yoga, Baba Louay reconnaît “qu’il est essentiellement dû à la détérioration de la santé mentale, aux défaillances du système qui ne cessent de croître car l'individu n'a jamais été aussi stressé, dépendant, aliéné et esseulé, ce qui impose une quête de sens pour se sentir plus léger, plus présent et plus libre”.

 

 

Comment s’y mettre ? À qui s’adresser ?

 

Tout cela est bien joli, mais comment s’y mettre ? À qui s’adresser ? Faut-il être suffisamment outillé, musclé, souple, svelte comme le suggèrent tous ses clichés propres aux yogis ? 

Il suffit de choisir un bon enseignement qui soit authentique et adéquat avec le besoin de chacun, répond Baba Louay. 

Pour ce qui est de l'obligation d'être souple pour pratiquer, Louay balaie du revers de la main cette idée reçue. “Avec le boom des réseaux sociaux, le visuel a pris de l'ampleur. Ainsi l'image décrivant la pratique est celle d'une personne qui fait des mouvements gymnastiques complexes, malheureusement elle a été réduite à un seul pilier parmi les 8 piliers qui est ‘asana’, celui des postures”, déplore-t-il.

“Certes, la souplesse pourrait être un des fruits d'une pratique assidue, mais ce n'est ni l'intérêt, ni le but ultime”, a-t-il fassuré, soulignant que “toute personne pourrait commencer le yoga dès aujourd'hui avec le corps qu'elle a, et faire ce qu'elle pourrait en terme de respiration et de mouvement, puis s'améliorer au fur et à mesure”.

 

Une question d'être, pas de paraître 

 

Approchée par BAB, Assmaa Benchouikh, une passionnée de yoga, a déclaré que “le yoga a changé sa perception intérieure d'elle même et de son corps, et en cette période de confinement, il lui a permis de régler ses troubles d'insomnie et de se donner du temps...le temps d'écouter son corps pour mieux se retrouver”.

“Je suis plus apaisée et je jouis d'une aisance au quotidien grâce au yoga, qui est devenu une sorte de guide bienveillant me libérant de l'angoisse”, confie-t-elle d'une voix sereine.

“Le confinement éveille de l'anxiété chez certaines personnes, et cette pratique permet justement de prendre du recul tout en gardant son calme, elle métamorphose un cercle vicieux en vertueux”, poursuit-elle.

“Il est vrai qu'en faisant un tour sur les réseaux, nous avons vite l'impression de rater notre confinement si nous ne participons pas à un live de yoga, mais cette ‘tendance’ est bénéfique dans une société obsédée par les objectifs et la réussite et où le surmenage est légion”, explique-t-elle à BAB.

“Le yoga n'est ni un sport ni une posture pour avoir une jolie photo sur Instagram, c’est un mode de vie harmonieux en mangeant sainement, en ayant de bonnes nuits de sommeil et en lâchant prise, c'est loin d'être un acte isolé”, avance Asmaa. 

Une réflexion à méditer et toute une pratique à expérimenter !