Les dômes, un séjour à zéro distance de la nature

Par Zineb Bouazzaoui
White Butterfly village à Tafedna ©DR
Un dôme White Butterfly à Tafedna ©DR
Le “glamping” est une expérience inédite qui permet de passer des vacances relaxantes en contact étroit avec la nature. Rustiques ou luxueux, ces cocons sont idéaux pour les amateurs de l’écotourisme, à la recherche d’un voyage spirituel dépaysant pour se ressourcer après les rudes mois du confinement.

Dormir au milieu de nulle part, se baigner dans une plage sauvage, profiter d’un coucher de soleil euphorisant et d’une nature rustique tout en gardant le confort et le bien être d’une maison, un fantasme qui a de quoi séduire les amoureux du plein air accrochés au confort d’un logis.

De plus en plus de personnes cherchent à vivre en symbiose avec la nature à travers des expériences insolites prônant le concept du glamping, une contraction de glamour et de camping. Le dôme est sans doute la forme la plus accomplie de ce concept car l’expérience est à la fois cosmique, romantique et spirituelle permettant la cohésion du sens de soi avec le sens du cosmos.

“Passer des vacances dans un dôme a été surprenant pour moi, j’ai eu une véritable impression de me couper du monde, je m’en suis ressortie ressourcée et apaisée. ça a été une sorte de bénédiction au cours d’une vie un peu trop souvent trépidante”, affirme Fatima Zohra, une addicte au voyage, d’un air zen à BAB.

“J’ai eu la chance de passer un séjour en connexion avec la nature tout en étant protégée dans mon dôme, j’ai pu également découvrir des sensations vraiment différentes et agréables grâce à l’aspect insolite de ce cocon”, poursuit la jeune bobo chic.

Une nature sauvage mais un confort royal aussi !

Selon Fatima Zohra, l’esprit du camping a évolué et ces hébergements originaux y contribuent. Nous voulons une nature sauvage certes, mais avec un esprit royal, d’ailleurs l’engouement pour les dômes refléte une montée de gamme dans le monde de l’écotourisme.

Dans ce sens, le directeur des opérations de “White Butterfly” et associé de technidomes (fabricant de dômes) Hani Guennioui a expliqué à BAB que White Butterfly est un concept unique de villages de vacances nomade installé en pleine nature, composé de dômes tout confort pouvant accueillir des couples, des amis ou des familles. Ce village se déplace en fonction des saisons en s’installant tous les trois mois sur un site naturel différent (océan, montagne, désert, vallée).

“En plus d’offrir tout le confort intérieur (sanitaires, électricité, climatisation, literie …), chaque dôme dispose d’une vue panoramique et d’une terrasse privative permettant aux hôtes de profiter pleinement des décors”, précise M. Guennioui.

Dormir à la dôme étoile !

Qu’en est-il de ce choix des dômes ? “Très populaires à la fin des années 1960, les dômes étaient le symbole du mouvement de retour à la terre prôné par les hippies et c’est en partant de ce principe que nous avons créé le Village Vacances White Butterfly garantissant une immersion totale en pleine nature”, répond M. Guennioui.

D’après M. Guennioui, l’atout majeur du village nomade repose sur son architecture surprenante et sur son attrait visuel car le dôme offre l’avantage d’être une structure autoportée, solide et légère qui se ventile naturellement.
Chaque hôte qui pénètre dans un dôme White Butterfly est autant surpris par la décoration soignée et la forme que par l’espace dont il dispose.

Interrogé sur le choix des lieux sur lesquels White butterfly s’implante, M. Guennioui relève que cette sélection se fait soigneusement en fonction des spécificités uniques de chaque endroit pour offrir à chaque groupe de voyageurs une expérience unique. C’est un havre de paix quasi inconnu qui dispose de 4 km de plage de sable fin, un paysage naturellement beau mêlant océan et reliefs. Autant d’éléments qui en font un sas de décompression idéale pour se ressourcer après le confinement.

Idéaux pour la distanciation sociale

Pour ce qui est du contexte sanitaire actuel, M. Guennioui assure que les dômes offrent plusieurs garanties liées à la lutte contre la pandémie car chaque dôme assure une distanciation sociale puisqu’ils sont totalement indépendants et installés en pleine nature. Cela permet ainsi d’éviter aux occupants d’en croiser d’autres. De plus, leur structure et leur revêtement garantissent une désinfection efficace. Cela facilite la mise en place des normes imposées par les autorités.

“Cette offre innovante accompagne une volonté grandissante, celle d’offrir un renouveau dans la manière de vivre un séjour. De plus en plus de Marocains attendaient un renouveau dans ce que pouvait offrir l’industrie du tourisme au Maroc”, affirme à BAB M.Guennioui.

Pour sa part, le fondateur de Djebli Club, Allae Hammioui explique que les initiateurs du projet ont opté pour une construction ronde sous forme de dôme. Ce choix n'est pas fortuit car ce genre de constructions permet à l’air de circuler naturellement et librement et demeure meilleure “énergetiquement et spirituellement” que la forme carrée, elle permet aux visiteurs de se reposer et de mieux dormir.

Symbole d’un retour à mère nature

Respect de la nourricière et retour aux sources sont les principales valeurs prônées par le Djebli club, une auberge écologique participative construite avec des matières locales, notamment les pierres et le bois afin de fondre dans le paysage de la région de Mokrisset(Rif) grâce à la contribution de différentes personnes venant des quatre coins du monde, confie M. Hammioui.

Il souligne que ce n’est pas un projet à but 100 % lucratif car l’objectif est de recevoir des personnes qui cherchent le contact avec mère nature et qui souhaitent partager leur connaissance et leur savoir (culturel, linguistique, artistique…) avec les locaux.

Selon M. Hammioui, le Djebli Club procure la sensation de revivre, car “l’âme de ce projet permet aux visiteurs de ressentir la poésie simple de l’endroit et de se sentir utiles grâce aux ateliers qu’ils partagent avec les habitants de Mokrisset. Nous avons reçu 5000 personnes sans publicité ni communication, le bouche à oreilles fait l’affaire”.

De son côté, Youness Ouazri, Gérant et Fondateur d'Ecodome Maroc, une entreprise de construction écologique de maisons et de l'infrastructure pour le développement des communautés rurales en exploitant des ressources locales a affirmé avoir opté pour ce genre de construction car il permet de réduire les émissions de CO2 jusqu’à 64% en le comparant à ce qui existe sur le marché (le béton), soulignant que ces bâtiments sont à 80% en terre et ne consomment pas des énergies fossiles.

D’après M. Ouazri, Ecodome Maroc réduit la consommation énergétique de l'exploitation du bâtiment en respectant la réglementation thermique (RTCM 2014), tout en dimensionnant les épaisseurs des murs en terre selon les conditions climatiques de la région concernée pour avoir un bâtiment passif en termes de chauffage et de climatisation  car il est frais pendant l'été et chaud pendant l'hiver sans apport énergétique.

Les dômes respectent également l’harmonie avec le paysage naturel car ils sont faits de matériaux locaux (notamment la terre) et s'incrustent parfaitement dans le paysage naturel où ils sont implémentés, conclut-il.