Aller au contenu principal

Livre de Abdesslam Cheddadi: Ibn Khaldoun, l’autre ‘‘Introduction’’

Par Bouchra Fadel
L’écrivain Abdesslam Cheddadi ©DR
L’écrivain Abdesslam Cheddadi ©DR
A travers son livre, M. Cheddadi, un fin connaisseur d’Ibn Khaldoun, “introduit” autrement ce personnage historique. Une biographie romancée qui fouille dans les fins fonds de la vie d’Ibn Khaldoun pour dire de lui ce qui n’a pas été dit, près de 610 ans après sa mort.

Ibn khaldoun, né en 1332 à Tunis et mort en 1406 au Caire, est une grande figure du monde de la culture. Abdesslam Cheddadi qui voue, pour cet être exceptionnel et ce témoin hors-pair de son temps et de l’histoire humaine, une admiration et une fascination sans failles, veut à travers son ouvrage “Ibn Khaldoun, une biographie romancée” percer les mystères et les secrets qui ont entouré le personnage.
Dans cette œuvre qui n’est “à proprement parler, ni une biographie ni une fiction”, l’auteur nous plonge, grâce à sa plume de conteur, dans la vie intime, la pensée et l’époque historique orageuse durant laquelle a vécu notre héros. Fils d’un notable, Ibn Khaldoun avait parcouru le monde arabe dans une quête de savoir, devenant, tour à tour, historien, sociologue, économiste, géographe, démographe ou même homme d’État. Ayant occupé plusieurs postes d’importance auprès de divers sultans, il va, néanmoins, tomber en disgrâce. Menacé, emprisonné, honni, il ne devra son salut qu’en s’enfuyant chaque fois que le besoin s’en fait sentir. Dans son roman en deux parties, l’auteur introduit des éléments avérés de la vie du héros et des extraits d’ouvrages historiques contemporains ainsi que des scènes nées de sa propre imagination. L’usage de ce procédé a pour objectif de faire sortir de l’oubli le grand historien, inaccessible aux lecteurs d’aujourd’hui mais, surtout, de présenter à la postérité, un Ibn Khaldoun, homme sage. Le récit structuré de l’auteur regorge de leçons de vie et de vérités proverbiales ayant trait à des “questions qui nous concernent de plus près”. Abou Zayed (Ibn Khaldoun), était un père très à cheval sur l’éducation de ses enfants. “Inculquer aux enfants beaucoup de savoirs, c’est bien mais ce n’est pas suffisant, disait-il. Ce qui importe le plus, c’est d’ouvrir leur intelligence (...) et d’éviter tout excès de sévérité afin de ne pas émousser leur caractère”.
Pour épargner sa mort précipitée et celles des autres, durant le siège de Damas, Ibn Khaldoun va simuler l’ignorance devant Tamerlan. “Sage cache sa science”.

Une vie mouvementée

Il se fond dans le flux des événements tumultueux. Il tente, tant bien que mal, de faire face aux retournements de situation et aux coups de théâtre. Le récit nous offre à voir un personnage constamment menacé, se démenant pour essayer de fuir “les tracas des cours” et toujours en quête de savoir et de vérité. Il perd sa petite famille. Ses épouses et ses enfants vont mourir lors d’un naufrage en tentant de le rejoindre dans son exil Cairote. Ses parents et ses frères et sœurs vont succomber à la peste. Ibn khaldoun est un personnage malmené par le sort. “Abandonné de tous, il va vivre dans une misère pendant 10 ans”. Sa vie tragique suscite chez le lecteur compassion et empathie tout en le maintenant en haleine. Le récit de la vie d’Ibn Khaldoun, tel que présenté par Cheddadi, peut servir de trame à une œuvre cinématographique riche d’enseignements où se mêleront aventures et histoire.

Étiquettes