Marine Royale, un corps qui se féminise

Hicham Louraoui
Les officiers femmes de la Marine Royale ont le pied marin ©MAP
Les officiers femmes de la Marine Royale ont le pied marin ©MAP
Uniforme bleu, énergie débordante et compétence avérée, les officiers femmes de la Marine Royale n’ont pas peur de prendre les commandes. Par leur haut niveau de formation et leur sens de discipline, elles sont de toutes les réussites de ce corps militaire.

Devant leurs simulateurs, des jeunes filles, arborant fièrement leur magnifique uniforme bleu, devaient manœuvrer dans des zones de navigation resserrées et de faible profondeur, dans des conditions météorologiques moyennes.
Ce sont les élèves-officiers de l'Ecole Royale Navale de Casablanca qui, nullement déconcentrées par les éléments extérieurs, n'avaient en tête qu’une seule idée: accomplir avec succès la mission d’accoster le bâtiment, tout en respectant les règles d'abordage.
Il est, donc, lointain le temps où les femmes étaient limitées à des fonctions de bureau (administratif, médical et social) dans les rangs de la Marine Royale. Désormais, l’empreinte féminine touche à toutes les capacités technico-opérationnelles à bord des unités combattantes.

2015, un vent de féminité souffle sur
la Marine Royale
Le déclic sera opéré avec l'ouverture des portes de l'Ecole Royale Navale (ERN) au recrutement des premiers officiers féminins en 2014 et la sélection, par le Centre d'Instruction de la Marine Royale, du personnel officier-marinier féminin en 2015.
“À travers notre formation au sein de l'ERN, nous nous accoutumons au domaine marin tout en consolidant nos connaissances”, a déclaré à la MAP Salma Redouane, élève-officier de la 4ème année (cycle licence), fière, comme ses autres camarades, de servir sous la bannière navale des Forces Armées Royales (FAR).
Elles sont toutes conscientes qu’elles sont face à “un défi de taille”, mais elles sont déterminées à le relever, grâce à l’instruction rigoureuse et de qualité qu’elles reçoivent au sein de cette école de référence.
La partie théorique de la formation se décline en plusieurs matières comme la navigation, la navigation astronomique, la manœuvre et le calcul nautique, tandis que le volet pratique comporte, entre autres, les sorties en mer, les travaux pratiques du matériel spécifique et les séances de simulation, qui leur permettent de s'entraîner à la conduite nautique via des exercices pratiques en toute sécurité et en gagnant en maintenance et en heures de marche des unités combattantes.
Elles sont, tout aussi, initiées aux systèmes de télécommunication et d'informatique, aux systèmes radars et détection et aux systèmes énergétiques, électriques et thermiques.
Entre les cours et les séances de maniement d’armes, les élèves-officiers sont appelées à se rendre quotidiennement dans la salle de sport pour effectuer deux heures de préparation physique.
Depuis le lancement de la formation des élèves-officiers féminins, deux promotions sont sorties en 2018 et 2019, a indiqué le Capitaine de Vaisseau Major Said Zebakh, directeur de l'ERN, précisant qu’elles suivent la même formation que celle de leurs homologues masculins aux niveaux militaire, académique et professionnel.

Des “success stories” au Maroc et à l’étranger
Les résultats obtenus par les élèves-officiers féminins sont très honorables puisqu'elles se sont hissées souvent au top des classements de toutes les promotions. Ainsi, les plus méritantes d'entre elles sont envoyées régulièrement en stages à l'étranger pour participer à des traversées internationales dans plusieurs pays.
Fatema El Abbadi, enseignante communication à l'ERN, s'est félicitée de son “expérience professionnelle fructueuse en tant que professeure civile de communication au sein d'un organisme militaire”. Elle a, à cet effet, mis en avant la diversité et la richesse des formations proposées par l'école que ce soit au niveau universitaire, militaire ou professionnel.
La présence d'officiers féminins à bord de prestigieux navires-écoles étrangers comme l'Italien “Amérigo Vespucci” ou le Portugais “Sagres”, illustre le rôle grandissant de la femme marocaine dans les rangs des FAR, en général, et dans les rangs de la Marine Royale, en particulier.
Environ une cinquantaine de personnel féminin est encadré, chaque année, dans les différents établissements de formation et d'instruction de la Marine Royale, dont près d'une vingtaine d'officiers et une trentaine d'officiers mariniers.
Aujourd'hui, les premiers officiers féminins promus au grade d'Enseigne de Vaisseau de 2ème classe en 2018 et après avoir obtenu leur diplôme d'Ingénieur d'Etat en 2019, sont embarqués à bord et exercent leur métier d'officier ingénieur de Marine en tant que chef de service à bord des différentes frégates, au même titre que leurs homologues masculins.