Musées du Vatican, temples d'art et d'histoire

Par Siham Taoufiki
Les musées du Vatican donnent à voir une impressionnante collection de statues grecques de renommée mondiale ©MAP/EPA
Les musées du Vatican donnent à voir une impressionnante collection de statues grecques de renommée mondiale ©MAP/EPA
Créés à l'initiative du pape Jules II, au début du 16ème siècle, les Musées du Vatican concentrent toute l'histoire de l'art
religieux en une fascinante collection de chefs-d'oeuvre qui attirent des millions de touristes. BAB vous propose une visite
guidée, à travers les siècles, autour de ces monuments d'art et d'histoire qui font la fierté du Saint-Siège.

CITÉ-ÉTAT UNIQUE en son genre avec sa petite superficie de moins de 44 ha, ce qui en fait le plus petit pays du monde, le Vatican regorge de musées vieux de plus de 500 ans, recelant des trésors exceptionnels et des œuvres d'art internationales des peintres les plus célèbres de l'histoire de l'humanité. Patrimoine historique et artistique immortel, les musées du Vatican regorgent de millions de sculptures, d'œuvres d'art et d'artefacts précieux, collectés et jalousement conservés par les Papes qui se sont succédés sur le Saint-Siège durant des siècles, pour devenir, au fil du temps, une destination priviligiée pour sept millions de visiteurs chaque année parmi les passionnés des œuvres artistiques, spécialement celles réalisées durant la période de la Renaissance (qui s'est étendue du XIVe siècle au XVIIe siècle).

Les statues déplacées, noyau dur des musées Le plafond de la chapelle

Sixtine au Vatican est l'une de ces œuvres d'art les plus importantes à travers les âges. Considérée comme la réalisation artistique la plus célèbre de la Renaissance italienne, la fresque, peinte directement sur le plafond de l'Eglise, représente des scènes majeures du Livre de la Genèse. Elle a tout particulièrement impressionné le public lorsqu'elle a été révélée pour la première fois en 1512. Le peintre MichelAnge a mis quatre ans ( 1508 à 1512) pour réaliser ce chef-d'oeuvre.

Les Musées du Vatican comprennent un ensemble de musées dédiés à de célèbres statues grecques, dont des statues de renommée mondiale telles que la statue de bronze d'Hercule, la statue d'Ariadan endormi et la statue d'Auguste de Prima Porta. La naissance des musées est rattachée à la volonté du pape Jules II de faire déplacer au début du XVIe siècle des statues antiques, comme l'Apollon du Belvédère et le Laocoon, dans les jardins du Belvédère. Les statues venaient enrichir le projet de Bramante (1444-1514) pour la Cortile del Belvedere, vaste complexe de bâtiments pour relier le Vatican à la villa du Belvédère.

Bramante y conçoit également un jardin inspiré des palais anciens. Avec les statues, le jardin attire bientôt les artistes désireux d'étudier l'Antiquité romaine. Plus tard, d'autres sculptures, dont la Venus Felix et le Torse, sont ajoutées.

Des bibliothèques vaticanes aux musées modernes

L'expansion des musées est ralentie sous le pontificat de Paul V en raison des travaux de la nouvelle basilique qui doit remplacer l'ancienne basilique construite par Constantin. Des fragments de peintures, de sculptures et de mosaïques sont cependant récupérés lors de la démolition. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour qu'un nouvel essor aux collections vaticanes soit donné, grâce en particulier à la bibliothèque Vaticane qui abritait déjà les restes de la bibliothèque de Constantinople.

Le pape Clément XIV décide de transformer le Petit Palais du Belvédère en ce qui deviendra le musée Pio-Clementino qui sera achevé sous Pie VI. Puis, sous le pontificat de Pie VII, des salles sont aménagées pour accueillir les antiquités classiques, le musée Chiaramonti. Le pape instaure également une politique de protection du patrimoine artistique.

Le Vatican se modernise, ses musées aussi

Après la chute de Napoléon, le Vatican réclame à la France la restitution des œuvres qui avaient été confisquées par l'empereur. Pour leur retour, un nouveau bâtiment est construit, le Braccio Nuovo (Aile nouvelle) inauguré en 1818. Ensuite, sous Grégoire XVI, le musée Étrusque et le musée Égyptien sont créés pour faire place aux découvertes et acquisitions de vases grecs et étrusques ainsi que la petite collection d’antiquités égyptiennes.

Le Palais du Latran est également restauré pour abriter une collection d'art antique et des peintures qui devient le Musée grégorien profane. Le Palais accueille ensuite le Musée chrétien, à la suite des campagnes de fouille dans les églises et les catacombes, et le Musée ethnologique missionnaire pour les dons et les collections des missions évangéliques. Ces trois musées seront rapatriés au Vatican sous les pontificats de Jean XXIII et de Paul VI.

Sous Grégoire XVI toujours, la Pinacothèque vaticane voit le jour afin de recevoir les collections de tableaux. L'espace réservé variera au cours des siècles suivants jusqu'à l'inauguration en 1932 du bâtiment actuel. Lorsque le Vatican devient l'État de la Cité du Vatican, en 1929, une nouvelle entrée aux musées doit être prévue. Ce sera sur le Viale Vaticano à travers les remparts et par l'escalier hélicoïdal de l'architecte Giuseppe Momo, l'escalier de Bramante. Enfin, en février 2000, le pape JeanPaul II inaugure la nouvelle entrée, mieux adaptée, et dotée elle aussi d'une rampe hélicoïdale.