Aller au contenu principal

Nigel

Rachid Mamouni


Andrea McCarren, un petit bout de femme pleine d’énergie, est une journaliste d’investigation américaine qui croule sous les lauriers. Elle a à son actif plus d’une vingtaine de Emmy Awards, l’équivalent du Prix Nobel qui récompense l’excellence dans la télévision outre-atlantique.
De son propre aveu, lors d’une récente visite à Rabat, le secret de ses succès cathodiques est un Labrador nommé Nigel qui lui balise la route pour chaque reportage, enquête ou interview.
Nigel est devenu un personnage central de la Newsroom de WUSA9-TV, la télévision dans laquelle exerce Andrea à Washington. Il passe rarement inaperçu lors des conférences de presse, dans les couloirs du Capitole ou dans les antichambres du sérail politique américain.
Nigel est une sorte de passe-partout canin qui facilite le contact avec les sources de la journaliste. Il les met à l’aise avant de les amener à livrer leurs histoires presque sans mettre aucun filtre.
Parmi les centaines d’histoires que Nigel a permis de sortir au grand jour, celle qui a fait les choux gras de la newsroom porte sur trois femmes militaires violées pendant leur service à l’armée. Leur calvaire serait resté enfoui dans leurs cœurs et leurs chaires si Nigel n’était pas là. Son rôle de facilitateur de contact entre la journaliste et les femmes violées a été déterminant. Par sa simple présence, Nigel les a mises en confiance avant qu’elles ne se mettent à raconter leurs déboires.
“Grâce à Nigel, je suis devenue une meilleure journaliste. Il m’a ouvert les yeux” sur des réalités pas toujours évidentes, reconnaît Andrea.
Elle s’est entichée du Labrador en 2015. Bien qu’elle a eu à élever des chiens depuis l’âge de 10 ans, Nigel fût un coup de foudre. Il s’est converti en carte de visite qui lui ouvre toutes les portes. Malgré les dizaines de trophées trônant sur les étagères, le désormais célèbre Labrador est son véritable trophée professionnel.
Cette passionnée de la télé mariée au Directeur exécutif du National Press Club (NPC) de Washington, Bill McCarren, avait obtenu, dès le premier jour et sans aucune sorte de procès, le plein soutien et les encouragements de ses supérieurs hiérarchiques à WUSA9-TV qui ont probablement flairé le potentiel de Nigel et de son prédécesseur, Bunce, en service depuis 2004.
Les deux chiots provoquaient souvent un mouvement de foule dans la salle de rédaction dès qu’ils pointaient leurs museaux. Leur passage par la newsroom n’était que le début d’une autre aventure beaucoup plus passionnante et plus gratifiante : Aider les vétérans de guerre à retrouver un semblant de vie normale après les galères sur les champs de bataille en Irak et ailleurs.
Un seul chiffre résume la puissance de Nigel sur les réseaux sociaux. L’intérêt qu’il suscite chez les internautes est incommensurable. Andrea n’en est pas moins fière. Plus de 500.000 personnes s’y intéressent quand la journaliste l’évoque sur ses murs virtuels. C’est presque dix fois plus que les 6000 qui s’y connectent quand Andrea parlait de l’ex-président US Barak Obama .
Andrea semble ainsi avoir inventé un nouveau genre dans la démarche journalistique. Une démarche qui met en vedette Nigel pour servir la cause de la vérité.