Nouamane Lahlou, un virtuose troubadour

Portrait chinois par Mohamed Aswab
Mohamed Aswab

Nouamane Lahlou est un homme cérébral. Pour répondre à chaque question du “Portrait chinois”, il plongeait dans une contemplation profonde, avant de remonter pour livrer une réponse mûrement pensée. Il plongeait puis remontait... Sans précipitation aucune. Sachant que lesdites questions ne nécessitent pas trop d’intellectualisation (Ville préférée, plat, artiste, film, événement...). Sauf que lui, il aime cogiter, faire tourner ses neurones à plein régime. Et au-delà des réponses, M. Lahlou établissait des liens entre ses propos, analysait leur signification et proposait des pistes de réflexion... Chose que fait d’ordinaire le rédacteur des lignes qui suivent ! Il est donc un musicien, un auteur, un chanteur, un compositeur… C'est un créatif adepte de cette exploration intellectuelle qui donne lieu à de belles découvertes dans de hautes sphères.
D'ailleurs le mot “montagne” revient souvent dans ses réponses,
parce que son aspiration et son regard sont tournés vers les grandes hauteurs, lui qui dit agir tous les jours que Dieu fait pour hisser son esprit vers de nouvelles altitudes.
Il est fasciné par l’Afrique, un continent qui évoque, pour lui, non seulement les débuts de l’univers, mais aussi l’espoir et surtout des mystères non encore explorés, tout un monde à redécouvrir. Une attitude qui rappelle la démarche artistique de M. Lahlou, lui qui “surfe” à bord de sa musique, sur les différents styles musicaux (Jazz, musique Amazigh et andalouse, classique et orientale) pour faire voyager ses auditeurs dans l’univers de la beauté des cités du Maroc, de ville en ville, de musique en musique (Chefchaouen, Tafilalet, Zagora, Marrakech...).

Le chanteur marocain Nouamane Lahlou ©MAP
Le chanteur marocain Nouamane Lahlou ©MAP


Nouamane Lahlou est aussi un homme qui retrouve sa muse dans la solitude à l'instar d'un ascète en pleine méditation dans sa retraite spirituelle. Il en ressort avec une vision  aboutie de son art.
Aussi, il préfère le squash en guise de sport (un jeu contre les murs), lui qui refuse qu’on lui impose un rythme. La “raquette” (luth) dans la main, il assure par lui-même la conception, la composition, le chant, la diffusion, la promotion… de son art. Un soliste, un virtuose qui, après s'être ressourcé et exercé, partage son univers, s'exprime et livre son alchimie des notes et des sonorités. Et contrairement à “l’erreur” qu’a commise le héros de “L’Alchimiste” de Paulo Coelho (Roman préféré de notre artiste), M. Lahlou ne voyage jamais trop loin pour retrouver le “trésor”. Lui qui a sillonné les quatre coins du monde, tel un troubadour ou un prophète avec un message, est intimement convaincu que son pays, le Maroc, renferme “le trésor le plus précieux qu’on ait jamais trouvé” !

Étiquettes