Aller au contenu principal

Remonter l’histoire à grande vitesse

Par Khalid Attoubata
Musée de voitures de collection à Rabat ©MAP
Musée de voitures de collection à Rabat ©MAP
Les férus de voitures de collection ne peuvent trouver mieux au Maroc ou même en Afrique. Le musée national des automobiles, mis en place grâce à l’initiative d’un adorateur du Maroc, abrite autant de bolides pour remonter l’histoire vers une belle époque. Elles sont classiques, insolites, majestueuses et ont chacune une légende à vous raconter.

Sur la route des Zaers, vers la ville d’Ain Aouda, à un jet de pierre du mythique Royal Golf de Dar Es Salam, un panneau de signalisation intrigue. Il y est écrit: “Musée de voitures de collection, entrée gratuite”, une flèche vers la gauche, pointant une grande villa des plus banales.
Les conducteurs usagers de cette route, ou encore les pique-niqueurs accros à cette bouffée d’air pur généreusement ravitaillée par les chênes des alentours, finissent tôt ou tard par céder à la curiosité.
Or, même à l’intérieur de la villa rien ne semble sortir de l’ordinaire, sauf cette Renault 4 de 1988 suspendue au-dessus du portail d’accès au musée. Ce n’est qu’après avoir accédé à la salle d’exposition que l’on se rend compte de l’énormité d’un trésor fabuleux..

Chrysler, Cadillac, Lincoln... Des voitures de rêve
A l’entrée, au début d’un long couloir, une “Chrysler DeSoto Fireflite” noir de 1957 se dresse fièrement devant les amoureux des anciens bolides, qui, agréablement surpris, retrouvent soudainement un esprit enfantin. L’éclat dans leurs yeux rappelle en effet celui d’un gamin à sa première visite d’un parc d’attraction.
La galerie des classiques américaines n’en finira pas d’émerveiller. Quelques pas en avant l’on peut admirer la “Cadillac (GM) Sedan DeVille”de 1957, la couleur noir chatoyante qu’on dirait tout juste sortie des fameuses usines Detroit-Hamtramck Assembly.
Produite en 23.813 exemplaires, la Cadillac la plus vendue aux États-Unis en 1957 a signé un succès fulgurant dans une lutte homérique dans laquelle la marque s’est tirée la bourre contre les “Buick Limited” et les “Oldsmobile Starfire 98 Holiday”, d’autres icônes de cette fin des années 50s. Et puis, à deux pas, une autre œuvre d’art s’affiche hardiment, la Cadillac (GM) Coupe DeVille (1959). La bien-aimée d’Elvis Presley fut la coqueluche de toute une génération et un des symboles les plus emblématiques de l’industrie automobile nord-américaine.

Le Musée national marocain des automobiles est le premier et plus grand en son genre en Afrique et deuxième au Maroc après celui de Zagoura ©MAP
Le Musée national marocain des automobiles est le premier et plus grand en son genre en Afrique et deuxième au Maroc après celui de Zagoura ©MAP

Remonter le cours de l’histoire
Et voilà qu’elle fait toujours le bonheur des visiteurs et amateurs marocains des voitures anciennes qui prennent leur fade au Musée national marocain des automobiles classiques, une initiative de Sheikh Hamad Ben Hamdan Al-Nahyan, amateur mondialement connu des voitures classiques et préparées.
Avec le même sentiment de remonter le cours de l’histoire, une Lincoln Continental rouge à couper le souffle fait revivre un des événements les plus marquants du siècle dernier. C’est sur les coussin d’une cabriolet quasi-identique que l’ancien président américain John Kennedy fut assassiné à l’arme à feu, ce jour du 22 novembre 1963 à Dallas (Texas). Nous sommes en 1975. “Chevrolet” marque l’histoire de l’automobile avec sa Caprice Classic. Au-delà de sa valeur historique incommensurable, la Caprice Classic, qui, par sa popularité jamais démentie durant toute son existence, a passé sous silence les Lalmpala, les Bel Air ou encore les Biscayne, jouit d’une affection particulière en ce qu’elle rappelle un événement qui fait la fierté de tous les Marocains, celui de la Marche Verte. Habillées aux couleurs nationales et aux portraits de SM le Roi Mohammed VI, ce bolide avait été exposé à la ville de Laâyoune en célébration du 40è anniversaire du glorieux événement.
Outre cette voiture, l’amour pour le Maroc est raconté par les moindres recoins du musée dont le point d’orgue des trois grands couloirs est un poster gigantesque reprenant un des pans de la devise nationale “Dieu, la Patrie, le Roi”. De la plus minuscule, en l’occurrence une microvoiture de 59, à la plus gigantesque et de la plus ancienne à la plus originale, au Musée national marocain des automobiles il y a de quoi satisfaire à tous les goûts des amoureux des voitures classiques et insolites et permettre aux Marocains, notamment les jeunes, de s’informer de l’histoire de l’industrie automobile, notamment américaine.

Étiquettes