SM le Roi Mohammed VI, le style d'un monarque

Par Adil Zaari Jabiri
Discours historique de SM le Roi du 9 mars 2011, annonçant une réforme constitutionnelle ©MAP
Discours historique de SM le Roi du 9 mars 2011, annonçant une réforme constitutionnelle ©MAP
Consolidation de l'État de droit, réformes socio-économiques, méga-projets, intégration africaine, rayonnement diplomatique et culturel… En deux décennies, le Souverain, Roi stratège et bâtisseur, a su imprimer un nouveau style de règne digne du Maroc du 21è siècle.

En vingt ans de règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc peut se targuer d’être le précurseur d’une expérience inédite en démocratie, en modernité et en stabilité dans le continent africain, au monde arabe et en Méditerranée.
Imprimant un nouveau style de règne, en phase à la fois avec son temps et une jeunesse marocaine dynamique et ambitieuse, l’avènement de SM le Roi Mohammed VI a apporté au Royaume un bol d’air frais de modernisme et de liberté tout en restant attaché à son histoire et ses valeurs ancestrales.
Les prémices du changement sont apparues aux premières lueurs de l’avènement du Souverain, en juillet 1999, d’abord par les mesures de réconciliation autour de la mémoire, la mise en valeur de la culture amazighe et la réforme de la Moudawana, sans oublier le travail de proximité qui a eu un impact direct sur les populations, avec un intérêt particulier porté à l’économie sociale et solidaire.
La deuxième génération de réformes, à partir de 2009, a concerné les fondements institutionnels par la mise en place de la nouvelle Constitution, la diversité culturelle, la gouvernance régionale, etc...
Sont venus ensuite les actes à haute portée stratégique ayant renforcé l’ancrage du Maroc dans la modernité (projets d’infrastructures, grandes stratégies sectorielles...), mais aussi et surtout les grandes décisions politiques qui ont hissé haut l’étendard du Royaume sur la scène internationale.  
Jeune, humble, proche du peuple et en éveil permanent, le Souverain multiplie, depuis Son accession au Trône, les actions de proximité à l’adresse des petits et des grands, rompant parfois avec les exigences du protocole.
Au Maroc comme à l’étranger, Sa Majesté le Roi Mohammed VI n’hésite pas à partager la conversation avec les citoyens qu’il rencontre et à venir aux nouvelles. En véritable militant pour un Maroc digne, fort et prospère, le Souverain prend à bras-le-corps le développement du Royaume en supervisant personnellement tous les projets qui sont de nature à améliorer le quotidien des citoyens. Les Marocains se souviennent d’ailleurs avec fierté de cette photo, rapportée par les médias, montrant Sa Majesté le Roi en 2004 traversant une chaussée boueuse d’un site à Al Hoceima, frappée alors par un puissant séisme, pour s’arrêter sur les travaux de reconstruction des infrastructures affectées.
Sur le plan international, le Maroc a adopté une nouvelle approche diplomatique basée sur le pragmatisme. Portées par la vision royale d’une diplomatie dynamique et engagée, ses relations internationales se sont diversifiées, tant au niveau des acteurs qu’à celui des orientations stratégiques, avec un repositionnement vis-à-vis de ses partenaires traditionnels, notamment l’Europe et les États-Unis, et une véritable politique étrangère dédiée à l’Afrique.
Dans un souci de diversification, le Royaume a également noué des partenariats stratégiques avec la Chine et la Russie.

Franchise, audace et pragmatisme

Le Maroc est aujourd’hui un partenaire incontournable dans la recherche de solutions communes sur des thématiques multilatérales (migration, sécurité et terrorisme) et un acteur majeur dans les problématiques liées notamment à l’environnement et au développement durable.
Innovant dans la haute mission de gestion des affaires de la magistrature suprême, SM le Roi L’est également en politique internationale. Joignant l’action à la prise de position, le Souverain a été à l’origine de nombreuses initiatives concrètes, notamment en ce qui concerne la question palestinienne et différents conflits régionaux et internationaux.
Fervent défenseur des causes justes, SM le Roi a imprimé Son style dans la gestion des conflits inter-arabes. Ses appels francs et sincères à l’unité des rangs, loin des discours soporifiques, des rituels de complaisance et des réunions inefficaces, procèdent de la vision de renouveau que le Souverain veut imprimer à l’action arabe commune.
Dans la même lignée des décisions royales inédites qui marquent l’histoire du Royaume, SM le Roi Mohammed VI avait adressé en novembre 2018, un appel aux frères algériens pour ouvrir un dialogue franc et sincère et entamer une nouvelle page des relations bilatérales.
Puisant son essence dans la sagesse du Souverain et Sa conviction en la nécessité d’édifier un ensemble régional fort et intégré avec son prolongement africain naturel, la proposition royale ambitionne de mettre à plat tous les écueils conjoncturels qui ont empêché jusque-là une relation entre le Maroc et l’Algérie qui soit apaisée, sereine, pacifiée, libérée des handicaps du passé et résolument tournée vers l’avenir.
La diplomatie royale est également au rendez-vous quand il s’agit de consoler ou aider des pays frères et amis qui traversent de rudes épreuves.
Hôpitaux de campagnes, aides humanitaires, soutien aux opérations de maintien de la paix, visites de terrain et autres gestes magnanimes sont autant de sollicitations auxquelles le Souverain répond avec la spontanéité et la générosité qui Lui sont connues et reconnues.  

L’ancrage africain

Bien avant son retour au sein de l’Union africaine, le Maroc a développé une véritable politique étrangère envers le continent. à la faveur des multiples visites effectuées par SM le Roi Mohammed VI dans différents pays frères et amis africains, on compte par plusieurs centaines le nombre de banques et d’opérateurs de téléphonie qui doivent leur mise à niveau, leur restructuration et leurs performances au savoir-faire des entreprises marocaines. De la même façon, on ne compte plus le nombre d’actions ou de projets financés sur fonds propres par le Maroc en Afrique subsaharienne ou en joint-venture avec des opérateurs économiques africains qui profitent ainsi de l’expertise marocaine.
L'Afrique est devenue la première destination des investissements marocains à l'étranger, favorisée par une diplomatie économique volontariste. Ayant investi au départ surtout dans la banque et les télécoms, les entreprises marocaines étendent désormais leurs opérations à d'autres secteurs porteurs, notamment l'industrie.
Sur un autre registre, le Maroc est devenu “le Quartier Latin” de l’Afrique francophone où riches et moins riches envoient leurs enfants étudier dans des conditions optimales. Il en va de même des militaires africains dont plusieurs contingents se succèdent dans les académies marocaines pour y suivre des formations de très haut niveau qui n’ont rien à envier à celles effectuées en Europe, aux États-Unis  ou en Russie. Il importe également de souligner l’offre marocaine de former des milliers d’Imams africains au rite malékite lesquels, de retour dans leurs pays d’origine, prêchent la bonne parole et les préceptes d’un Islam tolérant et du juste milieu.

 

Étiquettes