Aller au contenu principal

Tayeb Seddiki, un destin singulier

Bouchra Fadel
“Le bon, la brute et le théâtre”
“Le bon, la brute et le théâtre”
En défenseur aguerri de Tayeb Seddiki, M. Massaia dresse le parcours de cette sommité de l’art des planches marocaines, du début jusqu’à la fin.

Difficile d’appréhender la vie d’une sommité à la personnalité aussi écrasante et fantasque, comme fut celle de Tayeb Seddiki qui aura fait autorité dans son domaine : Le Théâtre.
Et précisément telle fut, initialement en tout cas, l’ambitieuse initiative de cet enrichissant et non moins éclairant ouvrage “Tayeb Seddiki le bon, la brute et le théâtre’’. L’auteur, Ahmed Massaia, qui s’érigea en véritable avocat de l’œuvre et de l’apport de Seddiki, s’attaqua à dresser le portrait sans concession de cet artiste, un personnage haut en couleur et monstre sacré et bien à part du théâtre marocain. Ainsi, en dressant le portrait et en rapportant d’autres anecdotes de cette personnalité artistique, l’auteur a laissé et fait parler le cœur, et considère sans ambages que Tayeb Seddiki, en entrant dans nos foyers, fait ainsi partie de nos familles et de notre culture commune.
Dans ce sens, assurément, un seul livre ne suffit pas à rendre compte du génie de cet éminent artiste qui fut considéré et célébré par la presse parisienne “comme l’un des meilleurs comédiens comiques du monde’’, après que cette dernière ait pu en apprécier l’envergure de son talent et la force de sa mémorable interprétation lors de sa représentation “d’Amayel Jha (Les Fourberies de Scapin), de Molière’’.
En tout état de cause, l’auteur, Ahmed Messaia, s’est brillamment métamorphosé en défenseur avisé et alerte de cet immense artiste en mettant en valeur les facettes de ses talents, tout en protégeant et préservant sa mémoire et aussi, tout en développant, à travers cet ouvrage plaisant et documenté, la reconnaissance qui lui est due à cet égard.
Tayebb seddik aura eu une vie d’artiste à part entière : pas seulement que sur les planches. Il aura de façon singulière et tragique bien marqué son temps et ce jusqu’au bout, comme lorsqu’il quitta la scène de théâtre en quittant celle... de la vie, “en se laissant dépérir’’.
Il mourut triste et seul, sa tragique fin résonne tel un destin au sort inique,  “l’artiste, au soir de sa vie, n’est plus qu’un visage ténébreux frappé de noire mélancolie” assène-t-il dans son dernier livre “En vrac’’.

Étiquettes