Tétrahydrocannabinol 

Par Khalil Hachimi Idrissi

La légalisation du cannabis à usage médical au Maroc semble inquiéter sérieusement les vieux généraux d’Alger. Ils considèrent, encore une fois, sans rougir, que c’est un complot sioniste contre leur jeunesse. Et une tentative de détruire la nation algérienne par le truchement d’un cannabinoïde pourtant mondialement célébré en médecine ces derniers temps.Ces généraux en fin de carrière rappellent, pour une fois qu’ils disent du bien de notre pays, les performances du Maroc dans ce secteur telles qu’elles sont indiquées dans la littérature de quelques instances internationales. Ils nous prêtent avec beaucoup d’enthousiasme un leadership qu’ils nous dénient dans bien d’autres domaines dans lesquels nous sommes aussi bons sinon meilleurs.Il est vrai qu’avec cette légalisation nous allons gagner beaucoup d’argent. Il est vrai aussi qu’Israël a une longueur d’avance dans l’industrie médicale du THC à savoir le tétrahydrocannabinol. Si nous ne profitions pas réellement de la reprise des relations avec ce pays pour lancer une vraie coopération en la matière, à quoi servirait alors une normalisation avec sa nappe quotidienne d’injures et son tombereau tonitruant d’insultes algériennes. Nos projets doivent être systématiquement — une exigence éthique —  à la hauteur de la  parano débridée de ces vieux généraux algériens. Sinon ça ne vaut pas le coup !  Nous avons amené l’ennemi à la porte de ce pays, comprendre Israël, sans nous concerter avec eux — un manquement à la fraternité maghrébine —  et là nous nous apprêtons à légaliser le cannabis — une violation des règles du bon voisinage — sans avoir le moindre souci pour une jeunesse qui est capable de tout fumer, même la menthe fraîche, pour s’évader d’un réel morbide.Mais que peut faire le Maroc qui puisse plaire à ces généraux perdus dans le siècle ? Cesser d’exister. Oublier la patrie. Cracher sur ses valeurs. Leur céder le 1/3 de notre territoire. Se dissoudre dans le nihilisme. Saboter sa propre économie. Ils veulent, en fait, nous ériger, à force de mensonges et de dénégations, en symbole de leur échec et en bouc émissaire de leur naufrage. Nous ne pouvons, hélas, rien pour eux.Le seul moyen pour eux, peut-être, de nous oublier, c’est de prendre une petite bouffée de THC. Encore faut-il être préparé à vivre sans haine, sans malveillance et sans ressentiment. Ce n’est pas garanti !w