Un baigneur averti en vaut deux !

Par Ali Refouh
Dans certaines plages marocaines soumises à une pression urbaine importante, la qualité des eaux de baignade laisse à désirer ©MAP
Dans certaines plages marocaines soumises à une pression urbaine importante, la qualité des eaux de baignade laisse à désirer ©MAP
Avant de se jeter à l’eau, l'hygiène et la salubrité sont des éléments à prendre en considération. Dans certaines de nos plages soumises à une forte pression urbaine et industrielle, se baigner peut se transformer d’une partie de plaisir à une aventure risquée. Vigilance, contrôle et standardisation sont les règles d’or appliquées par les pouvoirs publics pour préserver l'hygiène des plages et la santé des estivants.

Avec la montée en flèche du thermomètre en ce début d'été, les plages s'imposent comme destination reine des estivants en quête de fraîcheur. Mais une telle escapade ne se présente pas sans risques, liés principalement à la question de l'hygiène, dont l'une des multiples sources est la qualité de l'eau de baignade.
A l'évidence, le littoral constitue un lieu hypersensible qui cumule une multiplicité d'enjeux économiques et sociaux et se trouve, de ce fait, soumis à une pression énorme, due à l’urbanisation, aux activités touristiques et industrielles, entre autres. A cette règle, le Maroc ne déroge point.

Le littoral submergé par la marée industrielle

Selon le rapport national sur la surveillance de la qualité des eaux de baignade des plages du Royaume (édition 2019), dont les résultats ont été présentés en début de semaine à Rabat, le littoral marocain abrite, malgré ses vulnérabilités, plus de la moitié de la population.
Les principales activités économiques sont exercées au niveau de ce territoire, notamment la pêche, l’aquaculture, l’industrie, le tourisme, le transport maritime, la production d’énergie, le dessalement de l’eau de mer et le nautisme, révèle ce rapport élaboré par le secrétariat d’État chargé du Développement durable.
A titre d’exemple, la bande littorale méditerranéenne subit une pression de l’urbanisation, des activités touristiques et des activités industrielles, surtout dans la bande Tanger-Tétouan, précise-t-on, expliquant que le littoral Kénitra-Safi reçoit plus de 60% des rejets urbains et plus de 80% des rejets
industriels.
Et d'ajouter que l’axe Mohammedia-Safi se caractérise par une forte concentration urbaine et industrielle, alors qu’au Sud, la baie d’Agadir connaît une urbanisation galopante, un essor touristique et une industrialisation remarquable.
Tous ces aspects confondus ont des impacts sur la disponibilité future des ressources (eau, ressources halieutiques), d’une part, et sur les conditions d’hygiène et de salubrité du milieu, d’autre part.

Prendre ses précautions avant de se jeter à l’eau

C'est justement ce volet relatif à l'hygiène et la salubrité que tout estivant se doit de prendre en considération.
Se baigner dans des eaux de mauvaise qualité ou contaminées expose, en effet, à des syndromes digestifs de type gastro, des troubles ORL, des problèmes dermatologiques ou, éventuellement, à la leptospirose ou une contamination par un virus hépatique.

L’écolabel Pavillon Bleu est porté par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement qui l'a introduit en 2002 dans le cadre de son programme “plages propres” ©MAP
L’écolabel Pavillon Bleu est porté par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement qui l'a introduit en 2002 dans le cadre de son programme “plages propres” ©MAP


Ces affections de santé, possibles par contact cutané ou compte tenu de la possibilité d'ingérer ou d'inhaler de l'eau, sont liées principalement à la mauvaise qualité microbiologique de l'eau, c'est-à-dire la présence de micro-organismes
pathogènes.
Dans ce sens, deux indicateurs de contamination fécale sont à surveiller, à savoir Escherichia coli et les entérocoques intestinaux, deux éléments dont la présence découle des eaux usées provenant des habitations, des déjections des animaux et des effluents d'élevages rejetés dans les eaux de baignade. Plus ces germes sont présents en quantité importante dans les eaux de baignade, plus la probabilité de présence de germes pathogènes plus dangereux d’origine bactérienne (salmonella, shigella,...) ou virale (virus entériques, hépatite A...) est
élevée. Donc, avant de se baigner, mieux vaut se renseigner, non seulement sur les infrastructures, les attractions et les commodités, mais également et surtout sur la qualité des eaux de baignade.

Hygiène: Un laboratoire national monte la garde

Au Maroc, un dispositif complet est mis en place pour remédier à cette problématique: la surveillance de la qualité des eaux de baignade est organisée par le Laboratoire national d’études et de surveillance de la pollution (LNESP) relevant du secrétariat d’État chargé du Développement durable (SEDD). Sa mise en œuvre est prise en charge par le Laboratoire public d’essais et d’études, par l’intermédiaire du Centre d’études et de recherche de l’environnement et de la pollution (CEREP/LPEE).
Le nombre de plages objet du Programme national de surveillance évolue depuis plusieurs années et il est passé de 79 en 2003 à 169 plages en 2019, réparties sur 9 régions côtières. Pour l’exécution du Programme de surveillance de la qualité des eaux de baignade, le laboratoire dispose de moyens performants, notamment des unités mobiles d’analyses qui lui permettent d’agir in situ au niveau de toutes les plages, quelles que soient leurs positions géographiques.
Les eaux de baignade des plages intégrées dans ce programme ont fait l’objet de surveillance du mois de mai au mois de septembre 2018, avec une campagne de référence durant le mois de février 2019. La fréquence de prélèvement est bimensuelle durant la saison balnéaire selon la norme
NM.03.7.200.
Les sites de surveillance sont choisis en fonction de l’importance de la fréquentation, de la nature des lieux (relief, forme du rivage…) et des risques potentiels de pollution (rejet d’eaux usées, embouchures de rivières, ports...).
Convaincus que la qualité des eaux de baignade représente un atout important pour le développement du tourisme balnéaire, les pouvoirs publics ont adopté depuis 2014 la norme NM.03.7.199 relative à la surveillance et l’évaluation de la qualité hygiénique des eaux de baignade.

Normalisation: L’eau de baignade passée au crible

Cette norme qui doit remplacer l’ancienne (NM.03.7.200) est appliquée d’une manière progressive depuis 2014.
Elle consiste à instaurer une gestion proactive de la qualité des eaux de baignade, basée sur la classification des eaux durant les 4 années consécutives pour deux paramètres microbiologiques (Escherichia Coli et les Entérocoques intestinaux) et aussi sur les profils des eaux de baignade, lesquels constituent des outils d’aide à la décision qui permettent également de valoriser les actions entreprises par les gestionnaires des plages auprès du public.
La norme fixe des dispositions en ce qui concerne la surveillance et le classement de la qualité des eaux de baignade, la gestion de la qualité des eaux de baignade, l’information du public quant à la qualité et les sources potentielles de pollution.

Une action s'inscrivant dans le cadre de l’opération “plages propres” à Tanger ©MAP
Une action s'inscrivant dans le cadre de l’opération “plages propres” à Tanger ©MAP


L’évaluation de la qualité des eaux surveillées porte sur la recherche des paramètres microbiologiques, coliformes fécaux (Escherichia Coli) et des streptocoques fécaux (Entérocoques Intestinaux) conformément à la norme nationale en la matière (NM 03.7.200), transposée de la Directive européenne (76/160/ CEE) et les Directives de l’OMS/PNUE, applicables à la surveillance sanitaire des eaux de baignade marines. La présence de ces germes dans l’eau témoigne de la contamination fécale des zones de baignade. Elle constitue ainsi un indicateur du niveau de pollution par des eaux usées et laisse suspecter par sa présence, celle de germes pathogènes. Plus ils sont présents en quantité importante, plus le risque sanitaire augmente.

Application “IPlages”: Les plages propres à portée de clic

Les informations, c'est ce qui importe le plus, relatives à la qualité des eaux de baignade des sites surveillés sont portées à la connaissance du public par l’affichage régulier, au niveau de chaque plage, d’un bulletin d’information.
Cet aspect relatif à l'information du public reste, justement, capital et donne à cette opération tout son sens. Sur ce registre, les autorités compétentes n'hésitent pas à user des outils technologiques dernier cri.
Le secrétariat d’État chargé du Développement durable a en effet annoncé, récemment, le lancement de l'application mobile IPlages, destinée à fournir au grand public diverses informations sur les plages, en particulier la qualité des eaux de baignade.
Disponible actuellement sur Android, cette application facilite également le choix des plages à visiter, soit par rapport à leur proximité (localisation), soit en déplaçant la carte géographique sur tout le littoral marocain, proposant par là même l'itinéraire pour se rendre à la plage
choisie.
Développé par le laboratoire national des études et de surveillance de la pollution, cet outil permet l'accès du grand public à l'information concernant la conformité de la qualité des eaux de baignade aux normes et de fournir les informations sur les services et infrastructures disponibles sur les différentes plages.
Autant dire que planifier l'aspect hygiénique de ses sorties en plage ou ses vacances dans une région côtière devient plus accessible que jamais. Il suffit de “bouger le doigt”.

L'hygiène et la salubrité passent avant le divertissement ! ©MAP
L'hygiène et la salubrité passent avant le divertissement ! ©MAP

 

Étiquettes