Une danse du Chili aux origines andalouses

Par Salaheddine Amhil
Le président chilien, Sebastián Piñera, dansant La Cueca avec Carolina Schmidt, membre du gouvernement chilien ©MAP/EPA
Le président chilien, Sebastián Piñera, dansant La Cueca avec Carolina Schmidt, membre du gouvernement chilien ©MAP/EPA
En Chili comme dans la plupart des pays de l’Amérique latine, tout est prétexte à danser et à faire la fête. En plus de la joie de vivre qu’elle inspire, la Cueca, déclarée danse nationale, est un vecteur
de transmission de la culture chilienne.

La Cueca, une danse traditionnelle aux probables origines arabo-andalouses, est un patrimoine folklorique riche en rythmes et couleurs, pratiqué sur l'ensemble du territoire du pays andin à différente formes et résonances.
Déclarée danse nationale du Chili par décret publié au Journal Officiel le 18 septembre 1979, la Cueca trouve, selon plusieurs études, ses origines dans la zamacueca et ses racines arabo-andalouses.
Présente dans toutes les régions du Chili, avec certaines différences d’ordre chorégraphique et musical en fonction de chaque zone géographique, la Cueca sert à se divertir, danser et faire la fête avec beaucoup d’enthousiasme, en plus de sa fonction de vecteur documentaire servant à la transmission de la tradition orale par la voix des chanteurs
populaires.
En effet, il existe diverses théories sur son origine et son évolution. L’une d’elles la rattache à l'élément arabe de la zambra (de zamr en arabe classique) et à la jota espagnole et aragonaise, en particulier.
Ainsi, les partenaires sont placés face à face et dansent avec un foulard à la main droite. Sans jamais se toucher, ils dessinent des formes circulaires tout en effectuant des tours sur eux-mêmes. Le Huaso avance en douceur vers la China qui le fuit dans un mouvement rythmique et mélodieux.
Dans la plupart des régions du Chili, la Cueca est chantée à deux voix et accompagnée par la guitare, la harpe, le piano, l’accordéon, le tambourin ou d’autres instruments à percussion. Dans le nord du Chili uniquement, la guitare est remplacée par une fanfare ou des flûtes.
Cette danse est fortement liée à la personnalité du Huaso chileno, ou paysan chilien. Le Huaso, ou le cavalier chilien, se dédie à des travaux agricoles tout en vivant dans les régions fortement rurales comprises entre les régions du centre (Valparaiso) et celles du Sud du pays (région de Los Lagos).

Huasos: Une vitrine du folklore chilien

Le Huaso chilien peut se comparer au gaucho argentin ou au cowboy américain. Sa partenaire est appelée Huasa ou China. Les Huasos sont un élément essentiel des défilés des fêtes nationales chiliennes, ou Fêtes Patriotiques, célébrées chaque septembre.
Les vêtements portés par le Huaso et la Huasa diffèrent selon les circonstances. Lors de fêtes, de défilés ou de représentations, le couple porte une tenue formelle et élégante. Le Huaso est alors appelé “Huaso de parqué”, en référence au plancher des salons de danse.
Il porte un chapeau noir de coupe catalane, une ceinture, une chemise blanche ou à carreaux, une veste courte noire ou blanche, un pantalon grisé et des bottes noires tout en ornant son costume d’une cape à larges bandes de couleurs et d’accessoires de monture : les polainas ou corraleras (protection en cuir sur les jambes) et des éperons.
De l’autre côté, sa compagne de danse, également appelée Huasa de fiesta ou Huasa de parque, porte le ropón, costume de style catalan composé d’une jupe longue, généralement noire et parfois orné de volants ou de frises, et d’un chemisier blanc. Elle chausse des bottes noires et porte un chapeau semblable à celui de son partenaire. Pour danser la Cuenca, tous deux portent un foulard à la main, accessoire indispensable pour la danse traditionnelle du Chili.
Dans son contenu thématique, la Cueca, qui est aussi pratiquée dans plusieurs autres pays de l’Amérique latine, est porteuse de messages variés et riches.
En effet, il s’agit d’un genre musical et d’une danse de couples dans laquelle les danseurs portent un mouchoir dans la main droite, dessinent, à un rythme soutenu, des figures circulaires avec des demi-cercles.
Généralement, cette danse est considérée comme un appel à la conquête alors même qu’elle n’est pas toujours une danse d’amour porteuse de message romantique.

Avec son code vestimentaire, ses mouvements mesurés et les messages qu’elle véhicule, la Cueca, sous ses airs légers, est prise très  au sérieux ©MAP/EPA
Avec son code vestimentaire, ses mouvements mesurés et les messages qu’elle véhicule, la Cueca, sous ses airs légers, est prise très  au sérieux ©MAP/EPA

 

Étiquettes