Aller au contenu principal

Une icône partagée entre deux sentiments

Par Omar Er-Rouch
En Australie, le kangourou provoque plus d’accidents de la route que tous les autres animaux ©DR
En Australie, le kangourou provoque plus d’accidents de la route que tous les autres animaux ©DR
Le kangourou, animal emblématique en Australie, est source de dilemme. Tantôt, il constitue une fierté nationale, tantôt il est encombrant, causant des problèmes pour la biodiversité et trop d’accidents de la circulation. Eclairage.

Les Australiens entretiennent une relation schizophrénique (ambiguë) avec les kangourous, une icône nationale pour certains, certes, mais aussi un fléau pour d’autres. Une certaine incompréhension s’installe entre cet animal adorable et ses voisins humains.
Ça a commencé dès l’arrivée des premiers colons anglais, qui ont été éblouis par ce marsupial qu’ils voyaient pour la première fois. Demandant aux aborigènes le nom de cet animal, les locaux répondirent : “kan-ga-roo”, ce qui signifie “je ne comprends pas” en leur langue. Depuis, les humains et les kangourous s’entendent mal.
“C’est un animal très mignon et, de surcroît, une icône nationale qui fait partie intégrante de l’identité du peuple australien”, assure Camilla, une résidente de la capitale Canberra.
“Le kangourou symbolise l’Australie à tel point que nous en faisons notre mascotte”, renchérit la jeune australienne.
En effet, depuis 1908, le kangourou a été intégré dans les armoiries de l’Australie, devenant une icône nationale, à côté d’un émeu, deux animaux qui symbolisent le progrès car ils ne marchent jamais à reculons.

Une référence nationale

Les armées australiennes adoptent également le kangourou dans leurs emblèmes. Pour l’armée de mer, cela a commencé pendant la guerre de Corée. Après que le destroyer HMAS Anzac ait été pris à tort pour un navire de guerre britannique, son capitaine a ordonné la fabrication d’une “girouette” en forme de kangourou et l’a fixé sur le mât principal du navire.
La compagnie aérienne nationale australienne, Qantas, emploie également le kangourou pour son logo. Le transporteur aérien était auparavant connue sous le nom du “Kangourou Volant”.
Idem pour le Tourism Australia, organisme chargé de la promotion touristique du pays, histoire d’assurer une reconnaissance instantanée pour l’Australie dans le monde entier. Le logo “Australian Grown”, qui certifie les produits made en Australie, utilise aussi un kangourou doré dans un triangle vert pour certifier qu’un produit est fabriqué ou cultivé en Australie. Sur plusieurs billets de banque et des pièces monétaires, ce marsupial occupe également une place de choix.
Tellement d’honneurs qui confèrent au kangourou une place de choix dans ce pays-continent.

Les kangourous pèsent désormais lourd sur la biodiversité en Australie ©DR
Les kangourous pèsent désormais lourd sur la biodiversité en Australie ©DR

L’invasion de l’Australie par... Les kangourous !

Toutefois, l’augmentation accrue de la population de kangourous, qui a atteint près de 45 millions en 2016, soit deux fois plus le nombre d’habitants, irrite beaucoup d’Australiens, qui veulent s’en débarrasser.
La reproduction de cet animal qui s’adapte aux dures conditions climatiques est si prolifique qu’elle menace de grandes zones de désertification et appauvrit la biodiversité. Il fait également concurrence au mouton, richesse de l’Australie, en se nourrissant des maigres végétaux ou dans les champs de blé où il sème le chaos, provoquant la colère des agriculteurs.
Jusqu’ici, c’était un problème de biodiversité et d’agriculture qui ne touchent pas l’Australien lambda. Mais, ce n’est plus le cas. Au long des autoroutes australiennes, on trouve des kangourous morts après avoir été heurtés par les voitures. En fait, l’animal le plus emblématique d’Australie provoque plus d’accidents de la route que tous les autres animaux combinés. Chaque année, selon l’Association des automobilistes et des routes nationales (NRMA), 20.000 accidents seraient provoqués par des accrochages avec des kangourous.
Ainsi, des appels se multiplient pour endiguer la prolifération de cet animal, notamment en encourageant son abattage.
“Si nous n’abattons pas les kangourous ou ne réduisons pas leur nombre, nous perdrons beaucoup en biodiversité”, s’alarme le professeur de l’université d’Adelaïde, David Paton, dans une déclaration au journal ABC News. Plusieurs voix dans le pays encouragent la population à consommer davantage de viande de kangourou, réputée pour sa faible teneur en graisse et sa valeur gustative.
Par ailleurs, le cuir de Kangourou est réputé pour être le plus fin et résistant des cuirs. D’après le Kangourou Industry Australian Association (KIAA), l’industrie du kangourou rapporte plus de 200 millions de dollars australiens et fait vivre plus de 4.000 personnes.
Autant d’arguments pour juger le pour et le contre de l’utilité du kangourou en Australie !

Étiquettes