Aller au contenu principal

‘‘Vaccine Nation’’

Clair obscur par Adil Zaari Jabiri


Avec plus de quatre millions de personnes ayant reçu leur première dose de vaccin et plus de 3 millions de citoyens vaccinés pour la deuxième fois, le Maroc semble se diriger de manière ordonnée et efficace vers l'immunité collective.

Grâce à cette performance inégalée dans le monde, sauf en Israël où la vaccination à deux doses a été opérée sur plus de 42% de la population, le Maroc fait figure de champion dans la réussite de ce challenge au moment où la stratégie vaccinale en Europe connaît une lenteur horripilante.

A la faveur d’un plan de sortie de crise mené au pas de charge, notre pays a privilégié la sécurité des approvisionnements plutôt que la guerre des laboratoires. Et comme dit l’adage: “qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse”, le Maroc s’approvisionne sans complexe chez les Chinois, les Indiens, les Britanniques et les Russes, parce que la protection de la santé des citoyens passe avant tout. Celle de ses voisins africains aussi, car loin de tout nationalisme vaccinal, qui déchire aujourd’hui l’Europe, le Royaume porte le souci du continent à travers des aides directes aux pays qui en ont besoin sous forme de médicaments et de matériel médical. Dans le même sillage, il lancera prochainement une méga-unité de production de vaccins dédiée principalement à l’Afrique.

Notre pays n’a pas non plus joué à la roulette russe en adoptant des mesures à tout-va qui, ailleurs, ont placé sous l’éteignoir l’économie et la vie des gens.

Toutes les opérations sont menées selon une planification stricte avec une régularité de métronome: les professionnels sur le front d'abord, les personnes vulnérables, les plus de 60 ans ensuite, puis l'ensemble de la population. 

Une autre clé de réussite de ce combat contre la pandémie est l’adhésion totale de la population qui, depuis le début, a répondu avec conviction aux appels à se faire vacciner et souscrit de manière sereine et en toute confiance aux mesures décrétées par les pouvoirs publics (confinement, couvre-feu, distanciation etc).

Parallèlement à ces mesures d’ordre sanitaire, le Maroc œuvre avec ténacité et détermination à la relance des secteurs qui ont été impactés par la crise sanitaire mondiale (tourisme, transport aérien etc.).

Contrairement à d’autres pays qui ont opté pour le lockdown total, l’économie nationale, maintes fois résiliente, a montré sa grande capacité d’adaptation aux épreuves difficiles. Tous les secteurs d’activité tournent à plein régime et les chiffres confirment la tendance haussière de la croissance.

Selon les prévisions de Bank Al Maghrib, la valeur ajoutée des activités non agricoles progresserait en 2021 de 3,5% et celle du secteur agricole rebondirait de 17,6%, portant ainsi la croissance de l’économie nationale à 5,3%.

En 2022, la croissance se consoliderait à 3,2%, recouvrant une accélération pour sa composante non agricole à 3,8%.

Sur l’horizon de prévision, la reprise de l’activité économique devrait se poursuivre, soutenue notamment par le plan de relance de 120 milliards de dirhams (MMDH), l’orientation accommodante de la politique monétaire et un regain de confiance au regard de l’avancement de la campagne de vaccination et des conditions climatiques favorables qui caractérisent l’actuelle saison agricole.

Tout ça le Maroc le fait sans ostentation, sans tintamarre médiatique. Voilà qui devrait donner du grain à moudre aux commentateurs zélés de certaines chaînes de télévision françaises, qui, voulant critiquer le fiasco de la politique de leur pays dans la gestion de la crise sanitaire, continuent à prendre le Maroc de haut. La “Vaccine Nation” marocaine, une vraie leçon d’humilité !