Aller au contenu principal

Yasmine Blidi, la passionaria d’un féminisme différent

Par El Houssine Maimouni
Yasmine Blidi, éditrice du magazine “Le Prestige” en Suède ©DR
Yasmine Blidi, éditrice du magazine “Le Prestige” en Suède ©DR
Elle n’a que 26 ans, mais la marocaine Yasmine Blidi, éditrice du magazine “Le Prestige” en Suède, aura fait un parcours exceptionnel de militante féministe. Une belle expérience que la jeune Yasmine attribue à sa soif insatiable pour l’innovation et la découverte.

A 26 ans, la jeune marocaine Yasmine Blidi peut déjà se targuer d’avoir réussi un parcours peu ordinaire dans un pays comme la Suède où, en véritable passionaria, elle promeut par la voie/voix de son magazine “Le Prestige” un féminisme autrement.

“C’est à la fois drôle et intéressant où la vie peut vous mener. Nous croyons savoir tout ce qu’on veut de la vie ou avoir le contrôle de tout ce qu’on fait, mais le Destin peut nous réserver des surprises bien meilleures”, confie Mme Blidi à la MAP sur un ton philosophique.

En effet, rien ne prédestinait cette jeune native de Rabat, en avril 1991, à se frotter au domaine de la presse, elle qui a mis le cap sur la Suède après un bac scientifique.

A son arrivée à Stockholm par une matinée glaciale de février 2011, elle s’est vite mise à étudier le suédois, mue par le désir de faire une carrière d’architecte, mais sans jamais se départir de ce curieux appel de découvrir de nouvelles opportunités, notamment dans le domaine des affaires.

L’occasion lui a été offerte lorsqu’elle devint membre de la Chambre de commerce de Stockholm où elle a eu à côtoyer des gens aussi intelligents que chevronnés dans divers domaines. “C’était un peu drôle puisque, encore étudiante et du coup la plus jeune, j’étais toujours à l’heure et je ne ratais aucune réunion, aucune conférence, même si le sujet ne m’intéressait point”, explique-t-elle.
Avec une pointe d’humour, elle raconte comment elle a assisté à une rencontre avec l’ambassadeur du Brésil à Stockholm et le P-DG du géant suédois Saab, pour découvrir que son profil sur LinkedIn était le plus visité, y compris par l’ambassadeur lui-même.

Magazine, Let’s do it !

Pour elle, c’était une manière de rester humble et d’apprendre, en bonne étudiante, des choses sur le tas que les livres ne sauraient livrer, comme cette rencontre avec l’ex-Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt ou cette entrevue avec l’ambassadrice de l’Inde à Stockholm pour lui présenter un projet d’architecture contre l’habitat insalubre.

C’était aussi l’année où elle est tombée enceinte de sa fille, l’occasion “de faire des choses différemment avec amour et passion”, dira-t- elle, ajoutant que la naissance de sa fille lui a permis de découvrir combien lui manquaient cruellement et le pays et les magazines qu’elle y lisait à souhait.

“Du coup, l’idée m’est venue de créer un magazine où je pourrais m’exprimer et apporter une touche internationale à la presse suédoise. Let’s do it, me dis-je, alors que tout le monde autour de moi s’attendait à un fiasco fracassant suite à ce coup de poker”, reprendra-t-elle l’air confiant.

De l’architecture à la presse spécialisée, il fallait multiplier plein d’efforts et d’énergie avec des études spécialisées dans le monde des affaires, de la mode, styles de vie et autres fashion. Autant dire combien était dur ce départ qu’elle a financé par les moyens de bord, tant et si bien qu’au bout du troisième numéro elle allait abdiquer.
Coup de théâtre, un investisseur danois, toujours un partenaire dans cette aventure y a cru. Résultat : “Aujourd’hui, nous sommes très fiers d’être le premier magazine en Scandinavie à avoir créé un club sur invitation dédié uniquement aux femmes millionnaires”, reprendra Mme Blidi. Basé actuellement en Suède où les quatre premiers périodiques ont été lancés, “Le Prestige” entend délocaliser bientôt à Oslo (Norvège) et à Copenhague (Danemark) où le club entend “mettre en contact dans un cercle des femmes intelligentes, fortes et accomplies. Ce faisant, je suis sûre que nous pouvons tous ensemble réaliser quelque chose de plus grand”. La preuve ? Mme Blidi a été récemment à l’origine d’une idée assez novatrice : Depuis un an, la société éditrice du magazine Prestigious Publishing Group AB qu’elle préside a changé de concept. “Le Prestige sera destiné aux femmes influentes, celles qui pèsent plus d’un million de couronnes !”

Le club Le Prestige compte déjà plus de 9000 femmes à Stockholm et le networking continue sur Oslo où l’on compte 22000 membres et pas moins de 40000 à Copenhague, le but étant d’atteindre 80 mille femmes.
 

Le Maroc avant tout!
Le Maroc dans tout ça ? “Mais c’est ma vie, mon cœur et mon lieu d’élection au monde”, s’exalte l’interviewée, évoquant pêle-mêle ses visites fréquentes au Maroc pour ses retrouvailles avec ses parents, et cette “dévorante passion de présenter mon pays sous ses beaux jours dans toutes les éditions de mon magazine”.
De toutes ces éditions, elle ne sera pas de si près d’oublier le numéro où, avec ses collègues et invités, elle aura immortalisé un “moment magique et pleins d’histoires écrites avec amour et passion sur les plages de Dakhla, ma manière à moi de dire, de vanter le Maroc comme l’une des meilleures destinations sur le marché nordique”.

Étiquettes